Reims : Björn Engels et Thomas Foket, des Belges qui donnent le " seum "

Reims : Björn Engels et Thomas Foket, des Belges qui donnent le " seum "©Media365

Geoffrey Steines, publié le samedi 15 décembre 2018 à 09h44

Quatrième meilleure défense de L1, Reims est aussi l'équipe qui a réalisé le plus de clean-sheets dans le championnat cette saison. Une réussite à laquelle ne sont pas étrangers deux Belges arrivés au club l'été dernier : Björn Engels et Thomas Foket.

Quand Björn Engels et Thomas Foket ont débarqué à Reims fin août, la France du football était encore dans l'effervescence de son deuxième titre de championne du monde. Pas facile du coup pour deux Belges, internationaux (Engels a été convoqué sans jouer et Foket compte deux sélections, ndlr) qui n'étaient pas présents à la Coupe du Monde, d'arriver dans un pays où tout le monde se marrait en se demandant s'ils avaient vraiment le « seum ». Terme argotique venant de l'arabe « sèmm », qui se traduit par « venin », l'expression signifie être énervé, voire dégoûté, et il avait été associé aux Diables Rouges suite à leurs critiques sur le jeu des Bleus lors de leur défaite en demi-finales (1-0). Plus de trois mois plus tard, ce ne sont plus Engels et Foket qui ont le « seum », mais les adversaires de Reims. Le promu champenois est un surprenant 11eme du classement, avec déjà 22 points au compteur, soit plus de la moitié du chemin vers les fameux 42, supposément synonymes de maintien. Avant de recevoir Strasbourg samedi (20h00), c'est une situation quasi-inespérée pour un club qui affiche la plus mauvaise attaque de tout le championnat.


Avec Engels et Foket, Reims c'est du très solide
Mais les qualités du Reims de David Guion, qui développait un jeu chatoyant lors de son titre en L2 la saison passée, ne sont plus les mêmes. Cette équipe est passée maîtresse dans l'art de faire déjouer ses adversaires, comme Marseille (0-0) ou Lille (1-1) récemment, avec un bloc défensif ultra-solide qui ne laisse que peu d'espaces et un minimum d'occasions à saisir. Une réussite à laquelle participent activement Engels et Foket. Le premier s'est installé en charnière aux côtés de Yunis Abdelhamid depuis qu'il a intégré l'équipe-type, et le second a bouté Romain Métanire hors du onze pour se faire une place sur le côté droit. Sur les 12 matchs qu'ils ont disputés ensemble et dans leur intégralité, les statistiques sont éloquentes : Reims n'a encaissé que six buts, soit une moyenne d'un toutes les deux rencontres. A ce rythme, sur l'ensemble de la saison, la défense de Reims serait la meilleure de France. A l'heure actuelle, elle est la quatrième (15 buts encaissés, à égalité avec Lille), ce qui est déjà probant. Son gardien Edouard Mendy, qui se révèle au haut niveau cette saison à 26 ans, est même le deuxième au classement des clean-sheets dans les cinq grands championnats européens, derrière Alisson de Liverpool.


Guion : « Je suis là pour être efficace et pragmatique »
Malgré leur arrivée tardive dans les derniers jours d'ouverture du Mercato estival, Engels, actuellement prêté par l'Olympiacos, et Foket, qui s'est engagé jusqu'en 2023 en provenance de La Gantoise, ont vite trouvé leur place. Le premier est un complément parfait d'Abdelhamid, avec son sens du placement et sa qualité de relance, même si Guion considérait en septembre dans L'Equipe qu'il devait « devenir plus agressif », « montrer plus de muscle ». Le second figure dans le Top 30 de L1 au nombre d'interceptions et de tacles réussis, tout en restant pour l'instant discret offensivement, alors qu'il est capable d'apporter le surnombre avec bonheur dans le camp adverse (5 passes décisives en Jupiler Pro League en 2015-16). Mais ce n'est pas ce dont Reims a besoin actuellement. « Je suis là pour être efficace et pragmatique », avait annoncé Guion dans un entretien pour Foot365 avant le coup d'envoi de la saison. Après une défaite 4-1 à Amiens dès la 3eme journée, il a revu son cap pour l'axer sur la défense. Personne n'a à s'en plaindre jusqu'à maintenant. Sauf les autres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.