Niort : Six mois de prison ferme pour Conté

Niort : Six mois de prison ferme pour Conté©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 27 novembre 2020 à 15h19

Reconnu coupable de violences conjugales, l'international guinéen de Niort Ibrahima Conté a été condamné jeudi à un an de prison, dont six mois ferme. 

Interpellé cet été lors d'un entraînement des Chamois et placé sous contrôle judiciaire le 12 juillet, Ibrahima Conté comparaissait jeudi devant le tribunal correctionnel de Niort pour des faits de violence sur son ex-compagne, ainsi que le vol de son téléphone et de ses papiers après le dépôt de plainte de la jeune femme. Le défenseur international guinéen de 24 ans a été condamné à un an de prison, dont six mois ferme. Les violences auraient commencé au début de l'année 2018, lorsque Conté jouait encore à Lorient. 

Il n'a pas été placé sous mandat de dépôt

"Il considère sa compagne comme un objet, a détaillé la vice-procureure de la République, Élise Malland, rapporte La Nouvelle République. Parce qu'il est jaloux, il lui met le visage en sang avec un coup porté sur l'arcade sourcilière qui provoquera une plaie ouverte sur 4 cm. Il la fait tomber à terre et lui donne des coups de poing." Selon le quotidien, Gérald Faucou, le président du tribunal s'est agacé plusieurs fois des réponses du joueur : "Mais avez-vous bien compris qu'il est plus grave d'exercer des violences sur sa compagne que de voler son téléphone portable pour lire ses messages personnels ? Vous niez le vol alors que vous semblez avouer plus facilement vos violences." Il a aussi été condamné à une obligation de soins et n'a pas été placé sous mandat de dépôt. Il a interdiction d'entrer en contact avec son ex-compagne, à qui il n'a pas présenté d'excuses. Transféré définitivement à Niort à l'été 2019 après y avoir été prêté par Lorient lors de la saison précédente, il n'a pris part qu'à deux matchs lors de cet exercice 2020-2021, le 7 novembre à Sochaux, et samedi dernier contre Dunkerque. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.