L1 - Nîmes : Les Crocos sont plus à l'aise face aux cadors du championnat

L1 - Nîmes : Les Crocos sont plus à l'aise face aux cadors du championnat©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le vendredi 19 octobre 2018 à 07h45

Sevré de victoire depuis exactement deux mois, Nîmes se déplace à Lyon ce vendredi (20h45). Un rendez-vous a priori périlleux, mais qui pourrait être bénéfique aux Crocos, visiblement plus à leur aise face aux grosses cylindrées que contre des formations luttant pour le maintien.

Deux mois. Cela fait maintenant deux mois jour pour jour que Nîmes n'a plus gagné en championnat. Surprenant vainqueur de ses deux premiers matchs de Ligue 1, le promu est, depuis, sérieusement rentré dans le rang. Quatre matchs nuls et trois défaites plus tard, le NO occupe en effet une peu probante 14eme place, à égalité avec quatre autres formations. Loués pour leur jeu résolument tourné vers l'avant, les Nîmois ont insufflé un vent de fraîcheur qui semble s'être estompé. Les déboulés incisifs de Sada Thioub et de Denis Bouanga n'étaient-ils destinés qu'à être des tubes de l'été ? On est en droit de se poser la question. Mais un autre postulat peut être défendu : et si Nîmes n'était pas, tout simplement, meilleur face aux grosses écuries que contre les petites équipes ?

Nîmes est resté muet contre Guingamp et Reims


La lecture du calendrier est, en ce sens, assez intéressante. Au cours des six premières journées, les Crocos ont affronté quatre clubs qui, sur le papier, sont censés faire partie du Top 10 (voire mieux) en fin de saison : Marseille, le PSG, Bordeaux et Monaco. Il en a résulté une victoire enthousiasmante face aux Phocéens (3-1), un revers sans démériter devant le champion de France en titre (2-4), un nul emballant en Gironde (3-3) et un autre encourageant en Principauté (1-1). Les choses furent ensuite moins glorieuses. Balayé par le rival montpelliérain dans le derby (3-0), le club gardois aurait pu profiter des réceptions de Guingamp et de Reims, deux adversaires d'un niveau peu ou prou équivalent au sein, pour renouer avec le succès et repartir de l'avant. Raté. Les joueurs de Bernard Blaquart sont à chaque fois restés muets (0-0), ayant du mal à se créer des opportunités aux abords de la zone de vérité. « On est moins performants ces derniers temps dans ce secteur, a d'ailleurs reconnu le technicien nîmois en conférence de presse. On se procure moins d'occasions car les blocs adverses sont regroupés. »


Blaquart : « On se demande quelle équipe de Lyon on va affronter »


Contre des équipes de deuxième partie de tableau, Nîmes se heurte à des blocs compacts et peine à trouver la faille. Une situation bien différente de celle rencontrée contre des cadors de l'élite, qui prennent le jeu à leur compte et laissent des espaces dans leur dos, ce dont Umut Bozok et ses coéquipiers raffolent. En ce sens, le déplacement au Groupama Stadium prévu ce vendredi (20h45) pourrait être synonyme de belle occasion à saisir pour les Gardois. Et ce d'autant plus que Lyon, qui souffle le chaud et le froid depuis le début de l'exercice, a déjà laissé filer des points contre des mal-classés. « On se demande quelle équipe de Lyon on va affronter, s'est interrogé Blaquart devant la presse. Si l'OL est à son meilleur niveau, la tâche sera très compliquée, mais le résultat du match dépend plus de Lyon que de nous. » Autre donnée pouvant potentiellement donner de l'appétit aux Crocos (qui enregistrent le retour de Téji Savanier) : Les Gones seront privés de plusieurs joueurs majeurs, parmi lesquels Nabil Fekir et Rafael. En résumé, miser sur un succès nîmois dans le Rhône serait assurément osé. Mais peut-être pas totalement insensé...

A voir aussi :
>>> Toute l'actu de la L1

Vos réactions doivent respecter nos CGU.