L1 : C'est le grand flou à Nîmes

L1 : C'est le grand flou à Nîmes©Media365

David HERNANDEZ, publié le mercredi 24 avril 2019 à 09h05

Au club depuis bientôt quatre ans, Bernard Blaquart a réussi à maintenir le Nîmes Olympique en Ligue 1 pour sa première saison. Seulement le coach nîmois entretient le doute sur son avenir malgré un contrat jusqu'en 2023.

Grâce à un jeu porté vers l'offensive, le Nîmes Olympique s'est fait une place de choix cette saison en Ligue 1. Promu l'été dernier, le club du Gard a officiellement validé son maintien il y a deux journées grâce à sa victoire contre Rennes. Solides neuvièmes du championnat (46 points), les Crocos n'ont plus grand-chose à jouer en cette fin de saison si ce n'est de terminer en beauté avant un été chargé. A cause ou grâce à cette saison réussie, certains joueurs ont pris de la valeur et devraient logiquement recevoir des offres lors du prochain marché des transferts.

Au moins 4 départs de cadres cet été

En tête de liste, Teji Savanier qui est en lice pour le titre de meilleur passeur (11 offrandes à égalité avec Nicolas Pépé) et qui a les qualités pour rejoindre un club plus ambitieux (Monaco, Marseille, Montpellier). En plus du milieu de terrain et de Rachid Alioui qui refuse de prolonger, L'Equipe avance que d'autres cadres (Briançon, Alakouch, Bozok) pourraient être amenés à surfer sur leur bonne saison pour voir plus haut. Tous ces mouvements à venir, auxquels il faut rajouter les retours de prêts de Paul Bernardoni (Bordeaux), Faitout Maouassa (Rennes) et Jordan Ferri (Lyon), ne sont pas pour rassurer Bernard Blaquart qui fait des miracles depuis son arrivée à Nîmes en 2015/2016.

Blaquart veut des garanties

S'il se montre virulent quand il s'agit de pester contre certaines décisions d'arbitrage, Blaquart est plus taiseux lorsqu'il s'agit de parler de son avenir. Suite à la victoire contre Bordeaux le week-end dernier, il a de nouveau porté le flou sur la poursuite de son aventure dans le Gard. « Je l'espère, a-t-il déclaré à Canal Plus. Pour être dans un club, il faut être bien, en concordance avec tout le monde, avoir une équipe qui tienne la route, que le projet vous intéresse. Si je suis là l'an prochain, c'est que ça va dans le sens que je souhaite. » Ancien formateur, Blaquart cherche donc à mettre une certaine pression sur son président, Rani Assaf. Si exode massif il y a l'été prochain, l'avenir de Bernard Blaquart s'écrira loin de Nîmes malgré un contrat qui court jusqu'en 2023.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.