Un agent réclame 805 000 euros au FC Lorient

Un agent réclame 805 000 euros au FC Lorient©Media365

Guillaume Issner, publié le jeudi 12 juillet 2018 à 12h20

Djuro Ivanisevic, l'agent de Vincent Aboubakar au moment de son transfert à Porto en 2014, réclame plus de 800 000 euros de commissions supplémentaires au FC Lorient et a saisi le tribunal de commerce de Lorient pour obtenir gain de cause.

805 000 euros, c'est le montant que demande Djuro Ivanisevic au FC Lorient. Cette somme correspond aux commissions supplémentaires que souhaiterait toucher l'agent de joueur suite au transfert de son ancien joueur, Vincent Aboubakar, du FC Lorient à Porto en 2014 pour la somme de onze millions d'euros. Après avoir essuyé le refus du club breton en 2017 suite à sa demande d'obtention de l'argent, l'homme a décidé de saisir la justice afin de régler le différend. Entouré de son avocate, il a lancé une procédure d'assignation en paiement devant le tribunal de commerce de Lorient, face à qui il s'est retrouvé ce mercredi. Lors de l'audience, l'avocate de l'agent a révélé qu'un accord aurait été passé par mail en 2014 entre ce dernier et le club concernant les détails financiers, ce qui serait ainsi suffisant à l'agent pour obtenir gain de cause. Djuro Ivanisevic a alors vu la défense du club répondre et insister sur le fait qu'un mail « ne vaut pas un contrat écrit dans une jurisprudence des agents de joueurs ». Suite à cela, l'avocat du FC Lorient a ajouté que le dossier était «vide» et que l'ancien agent de l'international camerounais avait déjà été «grassement payé» par le club. Après avoir estimé que le nouveau contrat signé en 2017 «enterrait totalement les discussions», la défense du club a été contredite par l'avocate de l'agent, qui a suivi que «si les premiers paiements étaient intervenus, cela prouvait que le contrat existait ». Les deux parties devront attendre jusqu'au 2 octobre, date du rendu de la décision par le tribunal de commerce, pour savoir ce qu'il en est de l'affaire.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU