Douchez sort du silence

Douchez sort du silence©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le vendredi 10 novembre 2017 à 10h36

Poursuivi pour violences présumées sur une femme, Nicolas Douchez s'est exprimé dans les colonnes de L'Equipe.

Depuis une quinzaine de jours, Nicolas Douchez est dans la tourmente. Placé en garde à vue le 26 octobre suite à une dispute qui a dégénéré, le gardien du RC Lens comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris le 2 février prochain pour « violences en état d'ivresse sans ITT et dégradation matérielle du bien d'autrui. » Mis à pied depuis une semaine, il avait rendez-vous avec les dirigeants sang et or jeudi et fera face à la commission juridique de la Ligue mardi prochain. Très discret jusque-là, l'ancien Toulousain a profité d'une interview accordée au quotidien L'Equipe pour sortir du silence. Et livrer sa version des faits. S'il reconnaît que la soirée en question « s'est terminée par une dispute qui a un peu dégénéré, » le portier français affirme cependant qu'il n'a pas frappé son amie, contrairement à ce que révélaient certains médias. « Le fait d'être sorti, d'avoir bu, de m'être emporté et d'avoir cassé des meubles, j'en endosserai pleinement les conséquences, a-t-il assuré. Ce qui est délicat en revanche, c'est d'avoir à assumer ce que je n'ai pas fait. (...) Jamais je ne m'en serais pris à quelqu'un. Je n'ai frappé personne. Sans rentrer dans les détails des procès-verbaux, ça a été dit, expliqué, constaté : il n'y a pas eu de violences physiques. »
Douchez : « Mon fils verra cette histoire ressortir sur Internet »
A l'heure actuelle, Douchez, 37 ans, ne sait pas quand il pourra rejouer avec le RCL. Le fait de devoir faire face à des supporters chambreurs, voire hostiles, ne l'effraie guère. « On est chahutés, ça fait partie du métier. On ne va pas réagir face à une tribune entière. Mais quand on se trouve dans la rue, dans un magasin, à l'école, c'est différent. » Surtout, le joueur formé au Havre regrette que son image son désormais irrémédiablement écornée. « On a beau dire que le temps apaise les douleurs, la cicatrice ne partira pas, souffle-t-il. Dans dix ans, si mon fils tape mon nom sur le Net, il y a des chances qu'il voie ressortir cette histoire avant ma carrière. Ce n'est pas juste. » La semaine prochaine, la commission juridique de la Ligue notifiera à Douchez la décision prise par le club artésien à son égard.

 
12 commentaires - Douchez sort du silence
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]