L2- Bastia : Un dernier espoir pour le Sporting ?

L2- Bastia : Un dernier espoir pour le Sporting ?©Media365
A lire aussi

Thomas BONNAVENT, publié le samedi 22 juillet 2017 à 08h58

Alors que le CNOSF a confirmé la décision de la DNCG et de la DNCG d'appel pour rétrograder le SC Bastia en National 1, L'Equipe explique que le club corse doit trouver 10 millions d'euros pour espérer sauver sa peau.

Le Sporting Club de Bastia va-t-il disparaître ? Après une année noire lors du dernier exercice de Ligue 1 marqué par de ombreux incidents avec ses supporters mais surtout une vingtième place au classement, le club corse pourrait tout simplement déposer le bilan. Vendredi soir, le comité National Olympique du Sport Français (CNOSF) a confirmé la décision de la DNCG (le gendarme financier du foot français) concernant la rétrogradation du SC Bastia en National 1. Voir le club phare de l'île de beauté disparaître du circuit professionnel (une première depuis 52 ans) serait une terrible nouvelle, sur de nombreux domaines, pour la région mais aussi pour le paysage du football français. Mais un mince espoir subsiste malgré tout.
10 millions d'euros pour éviter... le National 3 !
A la recherche d'argent frais, le SC Bastia a déjà vendu Alexander Djiku au SM Caen contre un chèque de deux millions d'euros. Alors que le club corse pense ce transfert suffisant pour rester en Ligue 2, le CNOSF a sanctionné les mauvaises gestions administratives du club depuis de longues années en confirmant la rétrogradation au troisième niveau du football français. Mais la terrible chute du Sporting Club de Bastia pourrait ne pas s'arrêter là. En effet, le quotidien L'Equipe affirme qui si le club - une équipe menée par Frédéric Antonetti a été citée pour tenter de sauver le club - ne parvient pas à trouver dix millions d'euros d'ici une semaine, le club bastiais pourrait chuter en National 3 et être menacé de disparition. Au total, c'est plus de soixante-dix emplois qui seraient menacés selon le quotidien.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU