Ligue 2 : Le Paris FC défait Toulouse sur la fin

Ligue 2 : Le Paris FC défait Toulouse sur la fin©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le samedi 01 mai 2021 à 17h48

Le Paris FC a disposé de Toulouse (3-1) de justesse samedi après-midi, en ouverture de la 36eme journée de Ligue 2. Un résultat déterminant des deux côtés, dans un des rares chocs encore au calendrier dans ce sprint final.



Le feuilleton de la fin de saison en Ligue 2 est décidément "palpitant", comme l'indique René Girard, forcément délivré de sa victoire ô combien importante face à Toulouse (3-1) pour ouvrir la 36eme journée. Après l'ouverture du score rapide et un peu chanceuse de Florian Martin (12eme), le TFC a non moins vite égalisé par Vakoun Bayo (1-1, 17eme) puis s'est procuré deux occasions de prendre l'avantage en seconde période, avec Rhys Healey (75eme) puis encore Vakoun Bayo (85eme). Avant de concéder ces deux buts à nouveau étranges de Name (86eme) et Saïd Arab (90eme+4). "Il n'y a pas d'explication ni d'excuse, peste Steven Moreira. Ça nous coûte le match. On a une occasion de 2-1, on ne la met pas et on est punis."

Son coach Patrice Garande ne digère pas non plus : "En faisant des cadeaux, on ne peut pas gagner. Pas avec nos ambitions... Je suis déçu pour les joueurs, car je suis plutôt satisfait de ce qu'ils ont fait. Je n'arrive pas à comprendre comment on perd. On ne peut pas encaisser un but de la tête sur une espèce de chandelle qui part à 50 mètres de haut... Les deux derniers buts, ce n'est juste pas possible. Il n'y a pas d'abattement, on va tout faire pour y arriver et c'est encore possible." Mais ce n'est plus entre les mains des Toulousains pour la montée directe, puisqu'ils comptent désormais un match et quatre points de retard sur Clermont, deuxième.

A l'inverse, tout est relancé pour le Paris FC, qui pouvait difficilement se manquer à la sixième place, à égalité avec Auxerre pour le dernier ticket qui envoie en barrages (la cinquième place). "Ça prouve la qualité du groupe, les garçons se battent et ne lâchent rien jusqu'au bout, apprécie René Girard. C'est bien, on va suivre ça avec beaucoup d'attention. On ne détient pas notre destin, Auxerre étant devant à la différence de buts. Attendons qu'une équipe s'embroche devant nous (sourire) ! Jusqu'à Grenoble, c'est jouable." De premiers éléments de réponse arriveront déjà dans une poignée d'heures.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.