L2 : Pourquoi il ne faut surtout pas rater Paris FC - Lorient

L2 : Pourquoi il ne faut surtout pas rater Paris FC - Lorient©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le lundi 15 avril 2019 à 08h15

Ce lundi soir (20h45), la 32eme journée de Ligue 2 s'achève par un choc de haut de tableau entre le Paris FC et Lorient. Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte. On vous explique pourquoi.

Parce que ce match est décisif pour la montée

Avant le coup d'envoi de la 32eme journée de Ligue 2, le Paris FC et Lorient, à égalité de points, occupaient les 3eme et 4eme places au classement. Mais vendredi, grâce à sa victoire contre le Gazélec Ajaccio (1-0), Troyes est monté sur le podium et a fait reculer d'un rang Parisiens et Lorientais. Derrière Metz, intouchable, et Brest, qui possède un matelas confortable, ce duel entre le PFC et les Merlus est donc décisif pour la montée, principalement via les play-offs. Dans cette optique, terminer à la troisième place sera un avantage considérable, car cela permettra de s'économiser un match et d'avoir l'avantage du terrain. Comme Lens n'avance plus depuis un mois, le vainqueur de ce choc de haut de tableau s'assurera quasiment une place en play-offs. Alors qu'en cas de match nul, les Sang et Or resteront dans le coup pour intégrer le top 5, comme Orléans, revenu à hauteur de Lens vendredi.

Parce que Paris n'a jamais été aussi proche de compter deux clubs en L1

La saison prochaine, cela fera 30 ans que le PSG n'a pas eu de rival parisien en première division. Au terme de la saison 1989-90, le Racing Paris avait été relégué en D2 et depuis, aucun club francilien n'est parvenu à revenir dans l'élite. Le Paris FC ne vise pas forcément une accession dès cette saison, mais il n'en a assurément jamais été aussi près. Mecha Bazdarevic a construit un groupe cohérent, très solide et très difficile à battre, et les hôtes du Stade Charléty se sont imposés, semaine après semaine, comme de vrais candidats à la montée. Surtout qu'avec le technicien bosnien sur le banc, ils peuvent compter sur un entraîneur qui s'y connait. Par le passé, l'ancien milieu de terrain a déjà envoyé Istres et Grenoble en Ligue 1.

Parce que Mickaël Landreau est à la croisée des chemins



La saison dernière, Mickaël Landreau a connu une première frustrante sur le banc. A la tête d'une équipe de Lorient ambitieuse, l'ancien gardien de but a échoué à ramener les Merlus dans l'élite. Pourtant, sur le papier, beaucoup s'accordaient pour dire que le club breton possédait le meilleur effectif du championnat. Après un bon départ, ses joueurs avaient flanché par manque de régularité. Problème, Lorient reproduit les mêmes erreurs en 2018-19 : une excellente entame (10 matchs sans défaite), puis une période de vaches maigres (7 matchs sans victoire en novembre-décembre). Avant d'aller à Charléty ce lundi, les Merlus sont à nouveau dans une période creuse puisqu'ils n'ont gagné qu'une seule de leurs cinq dernières rencontres de L2. De quoi mettre la pression sur les épaules de Landreau, qui sera débarqué sans une montée en L1, selon L'Equipe. S'il veut voir sa carrière de coach décoller, l'ex-Nantais a intérêt à ne pas se planter face au Paris FC.

Parce que le Paris FC et Lorient illustrent le bon vivier de la L2

Chaque été, les clubs de Ligue 1 font de la Ligue 2 un marché préférentiel pour se renforcer à moindre coût. Saint-Etienne a déjà commencé en achetant trois joueurs de Clermont et du Havre en vue de la saison 2019-20. Au Paris FC et à Lorient, il y a de quoi tenter les clubs de l'élite. Dans l'effectif parisien, plutôt expérimenté, la valeur montante se nomme Silas Wamangituka. L'attaquant de 19 ans a marqué 8 buts cette saison, dont la moitié sur cette phase retour. Prêté par Nice, l'arrière gauche Romain Perraud (21 ans) est l'autre révélation de la saison dans la Capitale. Du côté de Lorient, Pierre-Yves Hamel (25 ans) et Alexis Claude-Maurice (20 ans) confirment pour leur deuxième saison en pro, avec respectivement 15 et 12 buts au compteur. Au milieu, Julien Ponceau (18 ans) est l'autre valeur montant de l'effectif morbihannais, sans oublier le prometteur gardien Illan Meslier (19 ans), auquel Mickaël Landreau maintient sa confiance malgré un niveau très inégal.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.