Bordeaux : Lopez appelle au «respect de l'intimité» d'Elis

A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le mardi 27 février 2024 à 14h00

Le président et propriétaire des Girondins de Bordeaux, Gérard Lopez, a dénoncé la publication d'informations sur l'état de santé de l'attaquant hondurien, Alberth Elis, victime d'une commotion cérébrale grave lors du match contre Guingamp, samedi.

Gérard Lopez et les Girondins de Bordeaux haussent le ton. Depuis samedi, l'état de santé d'Alberth Elis préoccupe alors que l'attaquant a subi une intervention chirurgicale dans la nuit de samedi à dimanche, suite à sa  commotion cérébrale grave lors du match contre Guingamp. Celui qui s'est retrouvé inanimé sur le terrain après à peine 30 secondes suite à un choc tête contre tête avec Donatien Gomis à la réception d'un centre, voit son pronostic vital être incertain. Dimanche, les Girondins avaient publié un premier communiqué pour apporter des nouvelles. "Alberth Elis est victime d'un traumatisme crânien ayant amené à placer le joueur dans un coma artificiel protecteur. Nous allons suivre l'évolution de son état de santé à l'hôpital dans les prochains jours. À cet instant, il est encore impossible de se prononcer sur le pronostic vital et fonctionnel d'Alberth", pouvait-on lire alors que le club indiquait également ne pas s'attendre à faire d'autres commentaires avant "quelques jours".

"Seule sa famille, avec l'avis des médecins, pourra décider de communiquer"

Ce mardi, c'est Gérard Lopez qui a donc brisé le silence, excédé par la diffusion d'informations sur l'état de santé de l'attaquant hondurien au Honduras. "La publication d'informations détaillées sur l'état de santé d'Alberth est irrespectueuse et porte atteinte à sa dignité. Le communiqué de dimanche n'était peut-être pas suffisamment clair alors je le redis : nous appelons au respect du secret médical et de l'intimité d'Alberth. Seule sa famille, avec l'avis des médecins, pourra décider de communiquer sur l'évolution de son état de santé. Nous nous conformerons à leurs décisions et souhaitons que TOUS fassent de même", a avancé le président et propriétaire des Girondins sur X (anciennement Twitter). Selon nos confrères de Sud-Ouest, alors qu'ils en avaient la possibilité en raison de l'impact psychologique évident sur le groupe, les Girondins n'ont pas souhaité demander à la LFP de reporter le match de samedi prévu contre Rodez pour le compte de la 27ème journée de Ligue 2. Sud-Ouest précise également que les salariés du club et les joueurs pourront faire appel, si ils en ressentent le besoin, à la cellule psychologique se tenant à leur disposition. Initialement ouvert au public et aux médias, l'entraînement de mercredi se fera finalement à huis-clos car "les joueurs et le staff préfèrent rester concentrés sur le terrain et les échéances à venir" dans le contexte particulier du moment, selon un communiqué officiel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.