Après les incidents qui ont émaillé Ajaccio - Le Havre, la LFP ne se mouille pas

Après les incidents qui ont émaillé Ajaccio - Le Havre, la LFP ne se mouille pas©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le lundi 21 mai 2018 à 19h05

Interrogée par RTL sur les incidents qui ont émaillé Ajaccio - Le Havre, la présidente de la Ligue de Football Professionnel Nathalie Boy de la Tour a botté en touche.

Pas (encore) de sanction, ni même de mesure, et encore moins d'urgence : la Ligue de Football Professionnel a à peine bougé le petit doigt sur les divers incidents qui ont émaillé le pré-barrage opposant l'AC Ajaccio au Havre, vendredi et dimanche, malgré la gravité de certains faits et les nombreux débordements. Interrogée par nos confrères de RTL, la présidente Nathalie Boy de la Tour a logiquement décliné la responsabilité de la LFP sur l'incident qui a empêché le déroulement du match vendredi soir, le bus des joueurs du HAC ayant été caillaissé par des supporters du club corse : « Il y a deux affaires qu'il faut séparer, a-t-elle confié. Il y a celle de vendredi soir, avec l'arrivée du bus qui a subi les événements que l'on connaît. Cela relève d'un problème de sécurité hors du stade ».

Boy de la Tour : « Pas d'arguments juridiques pour empêcher le match de se rejouer à Ajaccio »


C'est la raison pour laquelle la rencontre n'a pas été délocalisée : « C'est de la responsabilité de l'Etat et non pas du club, a-t-elle précisé. Nous n'avions pas d'arguments juridiques valables pour pouvoir empêcher le match de se rejouer à Ajaccio. Cela peut être difficile à comprendre pour le grand public. La Ligue a le mauvais rôle. C'est une situation inextricable. On ne fait que des mécontents ». Malheureusement, la Ligue n'a pas pu appliquer le même discours sur les évènements survenus durant la rencontre, ce dimanche, où quatre cartons rouges ont été distribués, où Vincent Volpe, patron du HAC, aurait reçu des projectiles, des crachats et des coups de pied en tribune présidentielle après le deuxième but de son équipe, et où des supporters ajacciens auraient proféré des insultes racistes à l'encontre du gardien havrais, Yoann Thuram-Ulien.

Pas assez grave pour une réflexion d'urgence ?


Pourtant, malgré la gravité de ces faits, la LFP n'a pas souhaité taper du point sur la table, la présidente se contentant d'évoquer « des faits de jeu » d'un côté, ou de déléguer de l'autre. Le reste sera examiné, comme habituellement, par la commission de discipline, jeudi. « Elle se réunira jeudi, a ajouté Boy de la Tour. Le dossier va être placé en instruction. Le président du HAC nous a avertis du coup qu'il avait reçu. Là-dessus, le délégué de match l'a mis en contact avec le procureur de la République pour porter plainte. Ce sera pris en compte dans l'instruction qui va être menée par la commission de discipline. Elle va juger l'ensemble des faits ». Comme si une réunion d'urgence ou une anticipation ne s'imposait pas, alors que le match aller du barrage opposant Ajaccio à Toulouse sera disputé ce mercredi, à Ajaccio.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.