Barrage L1-L2 - Ajaccio : Pour l'honneur, et plus si affinités...

Barrage L1-L2 - Ajaccio : Pour l'honneur, et plus si affinités...©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 27 mai 2018 à 07h30

L'AC Ajaccio « n'a pas le droit de terminer la saison en roue libre », selon son entraîneur Olivier Pantaloni, malgré la large défaite contre Toulouse en barrage aller (0-3). Le coach corse veut même croire à l'exploit de son équipe dimanche au Stadium.

Ce n'est pas dans l'ADN de l'AC Ajaccio que de baisser les armes sans combattre. Peu importe la claque reçue en barrage aller contre Toulouse mercredi (0-3). Peu importe la suspension de Mathieu Coutadeur et les forfaits de Jean-Louis Leca et Ghislain Gimbert. Peu importe un contexte houleux qui a compliqué la préparation de cette double confrontation. Les Ajacciens ne lâcheront pas jusqu'au coup de sifflet final du match retour ce dimanche au Stadium (21h00), tel est le sens du message délivré par Olivier Pantaloni samedi en conférence de presse. « On ne regrette absolument rien, on a fait une saison magnifique, a soufflé le coach de l'ACA. Elle n'est pas terminée, il nous reste un match et il est hors de question qu'on laisse filer cette rencontre, bien au contraire. Par rapport à tout ce qu'on a vécu, on n'a pas le droit de terminer la saison en roue libre. On va tout faire pour. »

Pantaloni : « Il va falloir améliorer l'animation offensive »


L'environnement apaisé autour de son club et de son équipe devrait aider ses joueurs, à en croire Pantaloni. « Les jours qui ont séparé les rencontres contre Le Havre et Toulouse ont été difficiles, parce qu'il y a eu ce que vous savez, au niveau médiatique. C'est retombé, les joueurs n'ont plus à penser qu'à ce match. Ça va nous aider à être plus performants. » Il faudra l'être pour ne serait-ce que bousculer une équipe « solide », de l'aveu même de Pantaloni. Sur la première manche, les Ajacciens n'ont pas réussi à le faire, ne se créant pas la moindre occasion franche de toute la rencontre. « Ce qui est paradoxal, c'est qu'on joue au foot, et là où on n'a pas péché, c'est quand on avait le ballon. On a été bons sans ballon, à courir après et empêcher cette équipe de Toulouse de nous mettre en difficulté. Par contre, quand on l'avait, ç'a été quasi catastrophique. Il va falloir améliorer l'animation offensive pour pouvoir poser des problèmes à cette équipe toulousaine. »

Pantaloni : « Moi j'y crois »


Orpheline de Gimbert, l'attaque corse apparaît pourtant diminuée. Mais Pantaloni compte sur les entrants pour apporter un plus. « Malgré notre effectif réduit, on a quand même un banc capable de pouvoir entamer une rencontre et d'amener à l'équipe. Quoi qu'il en soit, on va mettre l'équipe la plus performante possible sur le terrain. » Parce que l'ACA veut jouer à fond sa petite chance de renverser le TFC. Après tout, le football regorge d'exemples de remontées fantastiques depuis un an, en particulier en Ligue des Champions. Alors pourquoi pas dans ce barrage ? « Moi j'y crois. Cette formation téféciste a des failles, on les avait notées, même si on n'a pas réussi à jouer là-dessus lors du premier match. On va tenter de le faire en se servant de ce qui n'a pas été bien fait lors du premier match. » Une condition sine qua none pour rêver. A priori, c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais l'ACA s'est toujours construit dans l'adversité. A lui de démontrer qu'elle l'a encore rendu plus fort.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.