Troyes, l'épouvantail que personne n'attendait à ce niveau

Troyes, l'épouvantail que personne n'attendait à ce niveau©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le vendredi 24 mai 2019 à 08h49

Dixième à la trêve, Troyes a réalisé une deuxième partie de saison proche de la perfection pour rallier les play-offs. Ce vendredi contre Lens (18h00), le club aubois partira favori.

Une relégation à digérer, un nouvel entraîneur et un début de saison complètement raté. Quand Troyes était encore dans la zone rouge au soir de la 6eme journée de Ligue 2, personne n'aurait misé un sou sur la montée du club aubois. Pourtant, grâce à une deuxième partie de saison proche de la perfection (12 victoires, 6 nuls et 1 défaite), les hommes de Rui Almeida sont revenus dans la course. Mieux, ils ont un moment cru pouvoir concurrencer Brest pour décrocher le deuxième ticket direct pour la Ligue 1. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : sur la phase retour, l'ESTAC termine en tête avec cinq points d'avance sur son premier poursuivant, Metz. Comment expliquer un tel sursaut ?

Troyes n'a perdu qu'un match sur la phase retour

D'abord parce que le onze troyen s'est construit tardivement. Christopher Martins Pereira, Kévin Fortuné et Claude Gonçalves sont arrivés à la fin du Mercato estival, à un moment où la phase aller était déjà bien entamée. Ensuite parce que Rui Almeida a apporté une philosophie différente. A Troyes, il n'est pas simple de passer derrière Jean-Marc Furlan. En cela, Jean-Louis Garcia avait été intelligent en gardant un attrait pour le jeu vers l'avant. Le Portugais, lui, berce dans le pragmatisme. Un match de l'ESTAC n'est pas toujours très passionnant, mais les résultats suivent. Sur cette même phase retour si réussie sur le plan comptable, Troyes n'a encaissé que neuf buts.

« Lorsqu'ils sont passés en 3-5-2, ils ont eu un déclic et ont mis tout le monde à l'amende », a rappelé Philippe Montanier en conférence de presse jeudi. Car l'autre corde à l'arc de Rui Almeida, c'est cette capacité à sortir ses joueurs de leur zone de confort. Enfin, Troyes a aussi et surtout pu compter sur des individualités de retour à leur meilleur niveau ces derniers mois. Dans le but aubois, Mamadou Samassa réalise la meilleure saison de sa carrière, après avoir essuyé pas mal de critiques pour ses débuts en L1 en 2017-18. Au milieu, Bryan Pelé a pris une autre dimension. Et devant, le trio Fortuné (12 buts), Touzghar (14 buts) et Mbeumo (10 buts) ne brille pas forcément en même temps, mais chacun fait des statistiques.

Troyes aura aussi l'avantage de la fraîcheur

« L'ESTAC a un gros niveau technique et un bon jeu collectif », salue l'entraîneur de Lens, qui s'attend à juste titre à un match « compliqué », comme l'a aussi relevé son capitaine Guillaume Gillet. « C'est vrai qu'on a fini le championnat avec une belle série. Même s'il est important d'être dans une bonne dynamique, demain ça sera malgré tout différent », se méfie de son côté Rui Almeida. Ses joueurs auront aussi et surtout l'avantage d'être plus frais. Pas plus tard que mardi, les Sang et Or ont dû passer par la séance de tirs au but après 120 minutes d'un match fermé pour dominer le Paris FC. Une dépense qui risque de compter vendredi soir au stade de l'Aube. Le vainqueur aura droit à une double confrontation face au 18eme de L1. Il y a deux ans, c'est de cette manière qu'était monté l'ESTAC.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.