L1 - Troyes : Le petit prince de l'ESTAC, c'est Grandsir

L1 - Troyes : Le petit prince de l'ESTAC, c'est Grandsir©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 01 octobre 2017 à 07h05

Certains parleront de semaine exceptionnelle, mais le conte de fées de Samuel Grandsir dure en réalité depuis plusieurs mois. Appelé jeudi en équipe de France Espoirs pour la première fois de sa jeune carrière, quelques jours seulement après avoir marqué le but de la victoire de Troyes à Metz (0-1), le natif d'Evreux franchit les paliers à vitesse grand V depuis un an.

« J'ai ressenti une grande fierté. Une première sélection avec les Espoirs français, ce n'est pas banal, confie l'intéressé sur le site de l'ESTAC. Je prends ça comme une récompense pour le sérieux dont je fais preuve. Ça traduit une certaine maturité et je dois m'en servir pour aller encore plus haut. »
Avec Dembélé en U14 à Evreux
Aller plus haut, c'était déjà son intention quand il évoluait dans les équipes de jeunes d'Evreux. En U14, ses coéquipiers en Normandie s'appellent Aloïs Confais (Troyes), Ibrahim Keita (Wolverhampton) et surtout Ousmane Dembélé (Barcelone). Une génération dorée qui a permis au jeune homme de se mettre en évidence et de taper à la porte du centre de formation aubois en 2012. Son talent a ensuite fait la différence, malgré un parcours parfois scabreux. « Sam est très attachant. Mais il faut sans cesse le recadrer », assure Claude Robin, l'ancien directeur du centre de formation aubois, dans les colonnes de Libération Champagne. Mais dans l'école troyenne, tous lui font confiance quand il décide de lâcher les cours pour se concentrer uniquement sur le terrain.
Deux buts et une passe décisive en L1
Et une fois le palier professionnel franchit, Samuel Grandsir va tout de suite chercher plus haut. Encore. Une première apparition en Ligue 1, à Montpellier, en avril 2016, avant de se stabiliser dans l'équipe première lors du retour en Ligue 2 de l'ESTAC. Pas toujours titulaire, le milieu droit de poche parvient quand même à jouer la majorité des rencontres. Et lors de la dernière journée, à Sochaux, c'est lui qui inscrit un but en toute fin de match qui permet à son club d'accrocher la troisième place, qualificative pour le barrage d'accession. Aujourd'hui de retour dans l'élite, le Normand poursuit sa progression. Et Jean-Louis Garcia ne s'en plaint pas. Titulaire lors des sept journées de championnat disputées par Troyes, Grandsir a déjà marqué deux buts et délivré une passe décisive.
Le regard attentif de Nivet
La récompense de cette régularité au plus haut niveau, c'est l'appel de Sylvain Ripoll cette semaine. « Je ne vais certainement pas prendre le melon. Je vais rester moi-même. Je vais bosser encore plus, précise-t-il au sujet de sa convocation chez les Espoirs. Ce qui m'arrive me donne plus de confiance, pour en donner plus, au service de mon club et de mes partenaires. » Partenaires parmi lesquels Benjamin Nivet, de dix-neuf ans son aîné, veille en grand frère attentif. « Sam trouve là la récompense de tous les progrès et le travail qu'il a pu faire depuis deux saisons, depuis qu'il est dans le groupe pro. Il fait un très bon début de saison. C'est un jeune joueur qui est à l'écoute, c'est intéressant. C'est une fierté pour nous tous », se félicite le capitaine troyen sur le site du club. Contre Saint-Etienne ce dimanche (15h00), Benjamin Nivet, blessé, sera encore absent. Alors l'ESTAC s'en remettra à sa jeunesse. Et donc à Samuel Grandsir.

 
1 commentaire - L1 - Troyes : Le petit prince de l'ESTAC, c'est Grandsir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]