TFC : Debève face à la presse

TFC : Debève face à la presse©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 16h08

Rien ne le prédestinait à entrer dans la lumière. Dans l'ombre très imposante de Pascal Dupraz, Michaël Debève se plaisait bien.

Mais avec le départ précipité du Savoyard, l'ancien joueur de Lens a dû enfiler le costume du numéro un, à la demande de son président Olivier Sadran. « C'était une surprise, personne ne s'y attendait », a confié l'intéressé en conférence de presse ce jeudi, à deux jours de la réception de Troyes en championnat. « On n'a que trois jours pour mettre des choses en place, on va faire le maximum », a poursuivi Michaël Debève. Conscient que le temps presse pour Toulouse, dix-neuvième de Ligue 1 après sa courte défaite à Montpellier la semaine dernière, l'ancien adjoint de Pascal Dupraz réclame quand même un peu de temps. Sur les bords de la Garonne, le mal est profond, en témoigne la défaite contre Bourg-en-Bresse en Coupe de France mardi (2-0). « Chaque fois qu'un nouveau coach arrive, il faut changer des choses, apporter sa philosophie et créer une certaine rupture avec la continuité, tout en gardant les points positifs, car il y en a », tente de se rassurer le nouveau coach du TFC.Mais surtout, Michaël Debève n'a pas oublié de rendre un vibrant hommage à son ancien collègue. « Pascal, c'est un personnage emblématique, on lui doit la remontada, a-t-il rappelé. Je ne peux pas faire du Pascal Dupraz. Il a son charisme, j'ai le mien. C'est un grand monsieur, il ne faut pas que les gens l'oublient. Sans lui, on ne serait pas en Ligue 1 ! Après, est ce que j'ai la carrure ? On le verra, mais il faut laisser un petit peu de temps, je suis là depuis trois jours. » Pourtant, tout autre résultat qu'un succès contre l'ESTAC pourrait forcer le président Sadran à nommer un autre entraîneur, venu de l'extérieur. Alors s'il veut durer, Debève n'a pas vraiment de temps.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.