Le Mercato discret et intelligent du TFC

Le Mercato discret et intelligent du TFC©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le dimanche 20 août 2017 à 07h31

Le club toulousain, qui se déplace au Parc des Princes ce dimanche soir, semble avoir réalisé un Mercato intelligent, entre conservation de ses meilleurs éléments, renforts pertinents et paris peu onéreux.

Loin, très loin des 222 millions d'euros dépensés par le PSG afin d'attirer Neymar, la grande majorité des clubs de Ligue 1 vit un Mercato estival bien plus paisible. A la nécessité d'enregistrer quelques rentrées d'argent s'ajoute le vœu, parfois pieux, de se renforcer en vue de l'exercice à venir. Un petit jeu souvent risqué et qui peut conduire certaines équipes, pillées pendant l'été, à la relégation en fin de saison. Ou, au contraire, mener des formations ayant effectué un Mercato intelligent jusqu'à un classement a priori inespéré.
Derrière, les cadres sont restés
Ce pourrait bien être le cas de Toulouse. Le club d'Olivier Sadran s'est délesté de treize joueurs depuis l'ouverture du marché des transferts. Mais il s'agissait de départs « prévisibles » (Oscar Trejo, Martin Braithwaite), de joueurs sciemment non conservés (Jean-Daniel Akpa Akpro, Pavle Ninkov...) ou n'entrant plus dans les plans de Pascal Dupraz (Aleksandar Pesic, Dominik Furman...). Les quelques dossiers susceptibles de devenir brûlants au fil des semaines ont rapidement été refermés. Ainsi, Alban Lafont n'a fait l'objet d'aucune discussion concrète, tout comme Issa Diop. Notamment courtisé par le RB Leipzig et l'AS Monaco, le jeune défenseur français (20 ans) ne devrait pas changer d'air, sauf offre mirobolante de dernière minute. Ces deux pépites du centre de formation constitueront toujours la clé de voûte de l'arrière-garde toulousaine, quatrième meilleure défense de L1 en 2016-17. Christopher Jullien, Kelvin Amian Adou et François Moubandje n'ont pas non plus bougé, même si ce dernier a manifesté quelques envies d'ailleurs. Enfin, Steven Fortes est arrivé en provenance du Havre afin de tenir un rôle de doublure en charnière centrale.
Devant, abondance de biens ne nuit pas
En plus de conserver ses meilleurs éléments défensifs, Toulouse s'est renforcé en attaque. Prêté par Monaco en janvier 2017, Corentin Jean s'est définitivement engagé en faveur des Violets cet été. Le transfert de l'ancien Troyen constitue d'ailleurs le plus gros investissement réalisé par le TFC (3,5 millions d'euros), qui n'a en revanche rien eu à dépenser pour s'attacher les services de Yaya Sanogo et de Max-Alain Gradel. Le premier est arrivé libre d'Arsenal, alors que le second a été prêté (sans option d'achat) par Bournemouth. Andy Delort, Ola Toivonen et Jimmy Durmaz sont toujours là, tandis que Zinédine Machach est de retour de prêt. Autant de joueurs pouvant prétendre à une place de titulaire, soit sur les ailes, soit en pointe, dans le tout nouveau 4-4-2 concocté par Dupraz.
Cahuzac, le leader tant espéré ?
A vrai dire, il n'y a qu'au milieu de terrain que le club de la Ville rose espère encore réellement enregistrer une arrivée. En attendant qu'un relayeur vienne garnir leur effectif (Jordan Ferri ?), les Haut-Garonnais peuvent d'ores et déjà compter sur Yannick Cahuzac. Le Corse a quitté un navire bastiais à la dérive et aura pour mission d'apporter toute son expérience et sa hargne à un groupe qui en a parfois cruellement manqué la saison dernière. « Il va falloir recruter des leaders pour bien encadrer nos jeunes », avait justement prévenu Dupraz en mai dernier. Certes, il est encore bien trop tôt pour pouvoir affirmer que Cahuzac assumera pleinement ce rôle de leader, comme il serait prématuré de déclarer que le Tèf' jouera les trouble-fêtes cette saison. Mais les dirigeants toulousains auront au moins eu le mérite de mettre toutes les chances de leur côté.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU