L1 - Toulouse : La saison de la revanche

L1 - Toulouse : La saison de la revanche©Media365

Rémi Farge, publié le vendredi 10 août 2018 à 06h55

Passé tout près de la relégation, pas loin de la crise en interne et en froid avec ses supporters, le TFC entame sa saison de la revanche ce vendredi soir à Marseille (20h45). Avec un nouveau visage et des ambitions, promet-on du côté d'Alain Casanova, le « nouvel » entraîneur des Violets.

Deux mois n'ont pas été de trop pour digérer une saison des plus éprouvantes. Toulouse est en Ligue 1, et c'est une affirmation qui était loin d'être évidente en fin de saison dernière. Passé par les barrages pour sauver sa peau, le club de la Ville Rose veut maintenant tourner la page et vivre un millésime 2018-19 plus tranquille avec Alain Casanova à sa tête. Il y a eu les discours officiels émanant de la présidence qui promettaient de profonds changements en interne, les espoirs de voir le TFC se transformer -enfin-, mais après quelques mois sans banc suite à son limogeage de Lens, c'est l'emblématique coach toulousain des années 2000-2010 qui a repris du service avec l'ambition de faire sortir de sa torpeur un club endormi. Et surtout avec un leitmotiv assumé : la revanche. Une revanche pour eux-mêmes et pour un public lassé de voir ses fusées de détresse lancées en vain.

Casanova : « Un grand esprit de revanche chez certains joueurs »


« Je n'oublie pas que cette équipe s'est sauvée lors des barrages en fin de saison dernière, a confié l'entraîneur toulousain en conférence de presse mercredi. La grande majorité de l'effectif actuel était concernée par cet épisode. Pourtant, je suis persuadé que cette équipe a un très bon potentiel, et va devenir intéressante. Je crois beaucoup en ce groupe, en ces joueurs. Ils ont une véritable envie de travailler, de progresser, et d'effacer les derniers mois difficiles. Il y a un grand esprit de revanche pour certains d'entre eux. » Même s'il assure que beaucoup de ses joueurs ont connu la saison galère de 2017-18, Alain Casanova n'est pas sans ignorer que le visage du TFC a beaucoup changé à l'intersaison. Lafont, Diop, Delort et Imbula sont partis, pendant que Reynet, Bostock, Leya Iseka (vous avez dit revanche ?), Dossevi et Manu Garcia sont arrivés. Et un défenseur central est toujours attendu de pied ferme sur les bords de la Garonne...

Gradel : « Nous souhaitons tous repartir de zéro »


A la tête de cette équipe qui se veut revancharde, l'ancien coach de Lens a nommé Max-Alain Gradel capitaine. Pour sa deuxième saison chez les Violets, l'Ivoirien entend se servir de l'épisode douloureux qu'il vient de vivre avec Pascal Dupraz puis Michaël Debève. « Nous souhaitons tous repartir de zéro. De manière générale, chaque début de saison est un recommencement. Désormais, nous nous projetons ensemble sur la reprise et le nouveau championnat. Nous regardons vers l'avenir », assure l'ancien Stéphanois, bien conscient des leçons à tirer de l'échec sportif des derniers mois. « Les erreurs t'aident à progresser. Si tu les réalises une fois, tu ne les reproduiras pas à l'avenir. La saison n'a pas été simple, mais il n'y a pas eu que du négatif. C'est difficile à comprendre, mais dans la volonté de ne rien lâcher malgré les difficultés, on a pu voir des caractères se dévoiler », veut croire le nouveau capitaine de Toulouse.

Casanova : « Nous avons des convictions »


Pour en savoir plus sur le potentiel de cette équipe et sur son état d'esprit revanchard, quoi de mieux qu'un déplacement au Vélodrome pour démarrer ? Ce vendredi soir (20h45), à Marseille, les Toulousains affronteront un cador décimé par les absences de ses champions du monde et de certains blessés, mais le test restera déterminant. Avec en plus une promesse de jeu. « Aller au Vélodrome est toujours compliqué. Je m'attends à un match très difficile. Les Olympiens voudront bien démarrer, devant leurs supporters, mais nous sommes préparés. Nous nous déplacerons avec l'ambition de mettre en place notre jeu. Face à certains adversaires au cours de la saison, c'est impossible, il faut en être conscients. Nous tenterons alors de nous adapter du mieux possible. Malgré tout, nous avons des convictions, et c'est important pour pouvoir être ambitieux », prévient Alain Casanova. La reconquête passe par autre chose que des résultats. C'est peut-être déjà un grand pas en avant que de l'avoir compris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.