Strasbourg se présente à Paris avec l'esprit libéré pour l'exploit

Strasbourg se présente à Paris avec l'esprit libéré pour l'exploit©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 07 avril 2019 à 07h45

Assuré pour de bon de son maintien après son succès convaincant contre Reims dans la semaine (4-0) et vainqueur de la Coupe de la Ligue, Strasbourg a tout à gagner de son déplacement à Paris dimanche (21h00). Un luxe pour le Racing.

Rien ne pourra réellement gâcher la semaine des Strasbourgeois. Pas même une défaite contre le PSG dimanche (21h00), ce qui est arrivé à tous les visiteurs du Parc des Princes cette saison en championnat. Le Racing a assuré mercredi son objectif prioritaire, à savoir un deuxième maintien consécutif en L1, avec une victoire autoritaire sur Reims (4-0), et n'aura pas à trembler jusqu'à l'avant-dernière journée comme en mai dernier. Une fois n'est pas coutume, la cerise avait été posée sur le gâteau quatre jours avant, au moment de soulever la Coupe de la Ligue gagnée aux tirs au but contre Guingamp (0-0, 4-1 TAB). Un premier titre et une première qualification européenne pour le club depuis 20 ans, symbole de son retour dans le gratin du football français après être reparti du cinquième échelon national il y a seulement 8 ans. C'est peu de dire que Strasbourg baigne dans l'euphorie, ce qui le fait aborder son déplacement à Paris avec une certaine légèreté.

Strasbourg ne veut pas finir en roue libre

Pas question de le prendre à la légère pour autant. « On a réussi notre challenge, mais on a l'objectif de bien finir le championnat et de prendre le maximum de points, a soufflé Thierry Laurey samedi en conférence de presse. Si ce sera 4, 10 ou 14, je n'en sais absolument rien. On a envie de jouer, les joueurs me le font encore ressentir au quotidien, on n'a pas envie de fausser la compétition et on a envie de respecter les gens qui viennent nous voir. (...) Quand les joueurs disent qu'ils veulent prendre du plaisir, ils veulent aussi en donner. En toute modestie, je pense que c'est notre force, de vouloir partager avec le public. On a envie de prendre du plaisir ensemble, pas seulement les joueurs, avec le staff, les dirigeants et surtout avec le public. Il nous a montré une telle fidélité sur la finale de la Coupe de la Ligue qu'on a envie que ça continue comme ça. »

Strasbourg n'a pas vraiment d'équipe-type

Pas de doute, le parcage visiteurs du Parc sera encore bien rempli, en partie par les nombreux supporters alsaciens expatriés dans la Capitale. Et contrairement au 16eme de finale de Coupe de France où le RCSA (2-0) était venu avec un effectif très remanié, ils devraient voir leur club aligner un onze plus proche de l'équipe-type. Si tant est qu'il y en ait une à Strasbourg. « Il y avait 7 changements mercredi (par rapport à la finale) et les garçons alignés ont tous été performants. Ça veut dire qu'on a un groupe assez complet. Ce sont des garçons concernés par les objectifs, par la fin de saison et par l'avenir du club. » A court terme, ce sont ces huit matchs qui doivent permettre à Strasbourg, qui n'est qu'à 6 points du Top 5, de finir le plus haut possible. Mais le club alsacien a aussi le luxe de se projeter plus loin. « Ça permet de préparer un peu à l'avance ce que tu vas faire à la reprise, ce que tu peux tenter sur la fin de la saison. Il faut rester concentré malgré tout sur les matchs, il ne faut pas se laisser distraire. » Surtout pas avant de se rendre à Paris, où le moindre relâchement se paye cher au tableau d'affichage.

Strasbourg est convaincu qu'il aura des coups à jouer

Invaincu en championnat à domicile contre le PSG depuis son retour dans l'élite, Strasbourg avait souffert au Parc la saison passée (5-2). Mais les Alsaciens étaient encore dans le coup à un quart d'heure de la fin, avant un doublé d'Edinson Cavani. « On n'a pas de pression particulière sur ce match. Il faut se lâcher et prendre du plaisir, jouer comme une vraie équipe. Cette finale de Coupe de la Ligue nous a donné beaucoup de confiance », a reconnu Sanjin Prcic, avant de détailler la recette de l'exploit : « Si on veut réussir à aller chercher quelque chose, il faudra faire le match parfait. Il faudra courir ensemble, être très solidaires, parce qu'on va rencontrer des moments très difficiles dans le match. Il va falloir faire le dos rond et exploiter les situations qu'on aura devant leur but, parce que je suis sûr qu'on va en avoir. » Le tout dit avec l'aplomb de celui qui a bien conscience que son équipe n'aura rien à perdre à Paris. C'est même tout le contraire et c'est le meilleur moyen de réussir un exploit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.