L1 - Strasbourg : Au Racing, l'heure n'est pas à l'inquiétude

L1 - Strasbourg : Au Racing, l'heure n'est pas à l'inquiétude©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le vendredi 23 février 2018 à 08h11

En relative difficulté depuis le début d'année, Strasbourg a encore du boulot pour assurer son maintien. Et pourtant, c'est bien la sérénité qui transpire au sein du club alsacien. Dans les paroles et dans les actes.

Cinq défaites pour deux victoires : le bilan du RC Strasbourg en Ligue 1 depuis le début d'année 2018 n'est pas celui d'un club se dirigeant vers un maintien tranquille. Avant de recevoir un Montpellier à la lutte pour l'Europe, vendredi soir (20h45), en ouverture de la 27eme journée de Ligue 1, la tendance pourrait donc être à l'inquiétude du côté du Racing. Surtout que le club alsacien n'arrive plus à limiter la casse quand il ne gagne pas, son dernier match nul dans l'élite remontant à la réception de Caen (0-0), le 28 novembre dernier. Et pourtant, c'est bien la sérénité qui ressortait du discours de Thierry Laurey, présent en conférence de presse jeudi.

 Laurey : « Il n'y a aucune inquiétude » « On est sereins. Sincèrement, il n'y a aucune inquiétude. Lorsque nous arriverons à trois, quatre journées de la fin, il sera temps de spéculer. On trace notre chemin, les garçons s'investissent, tranquillisait l'entraîneur du Racing. Forcément, on regarde le classement car c'est humain. Après, il n'y a pas de pression à avoir par rapport au nombre de points. Il faut surtout jouer les matches avec la conviction qu'on va tout faire pour les gagner ». Même son de cloche du côté d'Ernest Seka, lui aussi présent devant la presse : « Nous sommes sereins. Il reste encore des matches, ce n'est pas le moment de se mettre une pression particulière (...) Il ne faut pas se focaliser sur les quatre victoires potentielles pour se maintenir mais prendre match par match ». Quatre victoires - ou douze points - c'est en effet ce qu'il manque au racing pour être mathématiquement assuré de rester dans l'élite la saison prochaine. Du moins en théorie. Mais qu'importe, Laurey et les siens semblent davantage se concentrer sur la manière d'atteindre ce seuil symbolique.

 Le contenu avant le résultat pour Strasbourg ? « Malgré ce qu'on peut penser, nous avons joué le match contre Paris pour le gagner », assurait Seka devant les journalistes. Si Strasbourg a ouvert le score face au leader du Championnat samedi dernier, l'actuel 14eme de Ligue 1 a ensuite plié sous les vagues parisiennes, et les mots du défenseur alsacien ne se sont pas exactement ressentis sur le terrain. Laurey, de son côté, semblait poser des mots plus justes sur la manière d'aborder cette rencontre de la semaine dernière : « On allait à Paris pour voir si chacun était capable d'augmenter son niveau de jeu, d'implication et d'exigence. Nous avons eu quelques réponses sur ce match-là.Le contenu est plus important que le résultat », expliquait-il. Une mentalité assez rare chez une équipe jouant le maintien. Allez demander à Metz, Angers ou Amiens s'ils pensent à leur façon de jouer plus qu'à l'aspect comptable d'une rencontre... Mais après tout, le RCSA compte autant de points d'avance sur Amiens, barragiste, que de retard sur Guingamp, dixième. Consciemment ou non, et étant donné les prestations livrées et très remarquées contre certains gros du Championnat, Strasbourg sait qu'il peut aspirer à mieux qu'une lutte pour le maintien. La rencontre de vendredi, face à un Montpellier solide sixième, sera un bon moyen de placer le curseur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.