Sainté veut sa part du Lyon

Sainté veut sa part du Lyon©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le dimanche 21 avril 2019 à 09h00

Quatrième de Ligue 1 dans une bonne spirale, Saint-Etienne est lancé dans un sprint final qui peut le mener tout droit vers la Ligue des Champions. Une troisième place occupée actuellement par le voisin honni de l'Olympique Lyonnais.

Une dynamique positive

Après deux défaites de suite début mars à Marseille (2-0) et contre Lille (1-0), Saint-Etienne s'est sûrement dit que ça en était fini de ses rêves de Ligue des Champions. Mais trois victoires et un nul plus tard, les Verts sont bel et bien de retour. Cette série de quatre matchs sans défaite (10 points sur 12) conjuguée au parcours en dents-de-scie de l'OL et de l'OM a complètement relancé les hommes de Jean-Louis Gasset. « Dans l'état d'esprit, je sens quand on est beaucoup mieux, a noté le coach stéphanois. Lyon peut être à 6 points ce soir (vendredi). Il ne faut pas vendre du rêve. On fait une bonne saison. On va tout faire pour finir en apothéose. » Comme prévu, Lyon a gagné contre Angers vendredi (2-1), et le club du Forez (53 points) se doit de gagner pour continuer à rêver. Car en cas de défaite, c'est le Stade de Reims (48 points) qui pourrait revenir sur les talons stéphanois.

Un calendrier plus « facile »

Pourtant, tous les voyants sont au vert pour Sainté. Après deux matchs de suspension, Wahbi Khazri a fait son retour dans le onze depuis deux rencontres et retrouve l'efficacité (1 but avec 3 passes) qui lui faisait défaut depuis le début de l'année 2019. Derrière son homme fort, c'est tout un groupe qui retrouve la confiance en atteste sa série d'invincibilité. Si Gasset ne veut pas vendre du rêve inutilement, l'ASSE a toutes les raisons d'y croire. Parmi les trois prétendants actuels à la troisième place, le club des présidents Romeyer et Caïazzo est celui qui présente le meilleur calendrier jusqu'à la 38eme journée. Avec trois réceptions et trois déplacements contre des équipes hors du Top 5, les coéquipiers de Loïc Perrin ont largement les capacités de faire le plein quand on sait que les équipes de haut de tableau ne leur réussissent pas cette saison (7 défaites, une victoire). Entre la réalité du terrain et celle sur le papier, il y a un monde d'écart mais tout est réuni pour un finish en beauté.


La fierté régionale dans le débat européen

Cette fin de saison est aussi question de supériorité régionale. Jean-Louis Gasset préfère minimiser la chose en prétextant ne pas regarder ce qu'il se passe chez les autres mais finir devant l'OL (et se qualifier pour la Ligue des Champions pour la première fois depuis 1981) est dans toutes les têtes. Les principaux concernés n'en font pas une fixation malgré la présence de joueurs du cru (Perrin, Saliba, Polomat). Mais chez les plus anciens, l'opportunité de mettre un peu plus à mal le voisin honni en pleine tempête depuis des semaines est une perspective qui plait. « J'ai envoyé un petit message à un dirigeant lyonnais cette semaine, sourit l'ancien attaquant de l'ASSE Patrick Revelli dans les colonnes du Parisien. Je lui ai dit : Attention les petits Lyonnais, la panthère noire va vous dévorer (rires). » Ce ne sont pas les ex-gloires qui sont sur le terrain mais c'est bien eux qui peuvent pousser un peu plus les Stéphanois pour aller chercher le podium.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.