Saint-Etienne : Le prince du Cambodge ne se laisse pas faire

Saint-Etienne : Le prince du Cambodge ne se laisse pas faire©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 09 novembre 2021 à 16h21

Alors que l'ASSE a annoncé son intention de porter plainte contre Norodom Ravichak, pour "faux, usage de faux et tentative d'escroquerie", le prince du Cambodgie, candidat au rachat, contre-attaque.



L'ASSE a affirmé mardi avoir reçu "plusieurs offres" de rachat avant la deadline pour la vente du club, fixée lundi prochain à 18 heures. Outre celle, déjà connue, d'Olivier Markarian, une deuxième émanerait de l'ancien président de l'OM Jean-Michel Roussier, associé à Mathieu Bodmer. Et il y aurait également une troisième offre selon L'Equipe. Mais il ne s'agit pas de celle du prince cambodgien Norodom Ravichak, contre qui les Verts ont porté plainte auprès du procureur de la République de Paris pour des faits "de faux, usage de faux et tentative d'escroquerie." Il aurait fourni "un document de garantie financière émanant d'une grande banque internationale qui se révèle être un faux", a-t-on appris lundi dans un communiqué de JPMA/SB, l'agence de communication qui gère le rachat du club stéphanois. Mais le prince cambodgien contre-attaque.

Vraiment un procès ?

"Norodom Ravichak exprime sa sidération face aux accusations portées à son encontre", peut-on lire dans un communiqué transmis à L'Equipe où il explique être "d'autant plus étonné que les négociations avec l'ASSE sont au point mort depuis plusieurs semaines. Norodom Ravichak n'a pas intégré la data room. Le document n'a donc jamais servi de garantie financière pour le rachat du club", assure-t-il avant de conclure en se "réservant le droit d'engager toutes actions judiciaires appropriées en réponse à la plainte qui aurait été déposée à son encontre." Vont-ils se retrouver devant les tribunaux ? Rien n'est moins sûr. Pour mémoire, en 2018, le fonds d'investissements américains Peak6, candidat au rachat, et l'ASSE devaient déjà porter plainte l'un contre l'autre, mais il n'en avait finalement rien été.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.