L1 - Saint-Etienne : Bernard Caïazzo tacle la cellule de recrutement stéphanoise

L1 - Saint-Etienne : Bernard Caïazzo tacle la cellule de recrutement stéphanoise©Media365

David HERNANDEZ, publié le mardi 14 août 2018 à 07h40

Le co-président de l'AS Saint-Etienne, Bernard Caïazzo, a pointé du doigt la cellule de recrutement, après avoir vu de nombreux joueurs de Ligue 2 exploser chez des clubs concurrents des Stéphanois dans l'élite.

Le rachat avorté du club par un repreneur franco-américain semble loin à Saint-Etienne. Les Stéphanois ont parfaitement démarré leur saison avec une victoire à domicile contre Guingamp (2-1) et semblent avoir définitivement tiré un trait sur la dernière saison compliquée malgré une septième place à l'issue de l'exercice 2017-18. Faiseur de miracles, Jean-Louis Gasset a été maintenu dans ses fonctions et malgré un coup de gueule, le Mercato estival est intéressant dans le Forez. Wahbi Khazri et Timothée Kolodziejczak sont arrivés tandis que les paris Debuchy, M'Vila et Subotic ont été prolongés. Le ciel est donc bleu à Sainté. Pourtant Bernard Caïazzo est venu assombrir le tout, lundi soir. Le co-président du club s'inquiète que l'ASSE n'arrive plus à recruter à l'étage inférieur. « J'ai vu jouer les Strasbourgeois hier, je les ai trouvés assez puissants. Il y a ce jeune Sissoko qu'ils sont allés chercher à Brest. Il est pas mal, 1m92. Moi je me pose parfois des questions sur nos recrutements. L'autre fois j'ai vu Boulaya qui fait gagner Metz alors qu'il jouait à Clermont à côté », a-t-il avoué sur France Bleu.

Caïazzo veut tout revoir


Quand le voisin lyonnais arrive à sortir des pépites de son centre de formation et recruter des espoirs du foot français ou mondial, Saint-Etienne a du mal à voir éclore ses jeunes pousses au plus haut niveau. Caïazzo a donc envoyé une pique à peine cachée à sa cellule de recrutement, histoire de faire bouger les choses. « Des fois je me dis « mais comment on peut passer à côté d'un Boulaya qui est un joueur prodigieux ? Comment on peut passer à côté de Sissoko ? Comment on peut passer à l'ASSE à côté d'un Thuram de Guingamp qui venait de Sochaux ? (...) On n'est pas assez observateurs de la Ligue 2. On n'est pas assez investisseur d'avenir. Il faut que notre organisation pense à tous ces bons joueurs qui sont des bons coups à faire », a poursuivi le président stéphanois. Recruter malin et revendre cher, voilà l'espoir de Bernard Caïazzo.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU