Jean-Louis Gasset est bien l'homme fort de Saint-Etienne

Jean-Louis Gasset est bien l'homme fort de Saint-Etienne©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le samedi 12 janvier 2019 à 08h15

Après s'être facilement qualifiée en Coupe de France, l'AS Saint-Etienne reprend l'année 2019 sur le terrain de Guingamp ce samedi (20h00). Cette reprise en championnat marque l'anniversaire de Jean-Louis Gasset sur le banc stéphanois. En un an, le coach a su faire l'unanimité autour de lui.

Il y a un an, l'AS Saint-Etienne avait bouclé sa première partie de saison usée psychologiquement par une phase aller manquée qui avait entraîné le limogeage d'Oscar Garcia et son remplacement par Julien Sablé. Le néophyte n'avait pas fait de miracles lors de son passage express sur le banc stéphanois. Avec 20 points au moment d'attaquer 2018 et une 16eme place au classement, les ambitions européennes des présidents Romeyer et Caiazzo étaient à des années lumières. C'est finalement l'intronisation de Jean-Louis Gasset comme coach principal, après avoir joué le rôle d'adjoint de Sablé pendant un mois, qui a changé la donne. Propulsé sur le devant de la scène, lui l'éternel bras droit de Laurent Blanc (Bordeaux, équipe de France, PSG), le natif de Montpellier (65 ans) a réalisé des miracles sur la phase retour avec 10 victoires en 19 rencontres. Son impact a donc été positif sur le terrain, mais aussi dans les têtes. « Sa force, c'est l'humain. Il comprend les joueurs et parle le même langage, assurait Yann M'Vila dans Le Parisien. Ce coach, c'est d'abord un homme bien. »

Encensé par Ibrahimovic en personne

Si l'aventure européenne n'a pas été au rendez-vous à l'issue de la saison dernière, Gasset a obtenu une légitimité qu'il cherchait tant. Ses choix de recrues hivernales l'ont également conforté dans ce rôle de tête pensante des Verts, malgré l'arrivée de Frédéric Paquet au poste de directeur général. Wahbi Khazri, Mathieu Debuchy ou encore Yann M'Vila, tous ces paris concluants, c'est lui qui est allé les convaincre de signer. Aujourd'hui, un an après son arrivée, Jean-Louis Gasset fait l'unanimité dans son club comme en Ligue 1. « Gasset a une connaissance du foot hors-norme. Il sait nous rentrer dedans quand il faut. Il a toujours les mots justes, a confié Stéphane Ruffier en conférence de presse jeudi. C'est un entraîneur énormément respecté par les joueurs. » Pour preuve, Zlatan Ibrahimovic, pourtant avare en compliments, n'a cessé de saluer le travail réalisé par l'ancien entraîneur adjoint de son temps au PSG. « Blanc imposait très peu de restrictions et il avait un très bon adjoint (Gasset, ndlr), un type vraiment fantastique, déclarait le Suédois dans L'Equipe Magazine il y a quelques semaines. A deux, ils ont créé un jeu que j'ai rarement joué en club. » Le strass et les paillettes de la Capitale sont désormais bien loin, mais Gasset n'a jamais semblé aussi épanoui que dans le Forez, avec un coaching basé sur la psychologie et le dépassement de soi pour le collectif.

De la friture sur la ligne avec Paquet ?

Avec des blessures à répétition notamment en défense, le club de la Loire n'a pas été verni ces six derniers mois mais le message du coach a fait le reste selon les joueurs, à l'image d'un José Mourinho de la grande époque. Actuellement 5emes du championnat (30 points) après une mise en route difficile, les Stéphanois ne vont pas avoir le temps de chômer à l'attaque de 2019. En déplacement ce samedi à Guingamp (20h00), Saint-Etienne va ensuite recevoir Marseille et Lyon coup sur coup. Deux concurrents directs à l'Europe et face auxquels le moindre faux pas sera interdit. Le peuple stéphanois a confiance en son gourou après un an de relation séduisante, et rêve de retrouver le lustre d'antan sous sa coupe. En fin de contrat à l'issue de la saison, Gasset se plait à l'Etrat mais les récents contretemps sur le marché des transferts pourraient changer la donne. « Paquet a dit qu'il n'y aura personne au Mercato, a pesté le coach devant la presse. Le père Noël m'a oublié. » Gasset n'est pas réputé pour avoir la langue dans sa poche et l'absence de recrues pourrait bien être un grain de sable dans le projet européen de l'ASSE. Jusqu'à entraîner la fin de l'idylle plus tôt que prévu ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.