Denis Bouanga (Saint-Etienne) s'est retrouvé, et ce n'est pas une question de position / Ligue Europa

Denis Bouanga (Saint-Etienne) s'est retrouvé, et ce n'est pas une question de position / Ligue Europa©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le jeudi 28 novembre 2019 à 07h50

Très efficace depuis que Claude Puel a repris les commandes de l'AS Saint-Etienne, Denis Bouanga doit son renouveau à la liberté accordée par son coach, et non à son repositionnement.



Les joueurs créatifs ont tous un point commun. Vous aurez beau les placer un peu partout sur le terrain, cela n'influencera en rien leur rendement. Qu'il soit bon ou non. C'est ainsi et c'est une constante aussi vieille que le foot. Prenez Denis Bouanga. Inefficace en début de saison, sous les ordres de Ghislain Printant, alors qu'il évoluait au poste d'ailier gauche dans lequel il s'était pourtant révélé avec Nîmes la saison dernière, l'international gabonais brille depuis l'arrivée de Claude Puel. L'actuel technicien stéphanois l'a pourtant testé dans un rôle de piston, sur son côté fétiche, mais aussi à droite et... en pointe.

Bouanga, aussi décisif qu'un vrai buteur

Vous n'y croyez pas ? Jugez plutôt : sur ses huit derniers matchs joués, y compris son entrée à un quart d'heure du terme lors de la réception d'Olexandriya, Bouanga a inscrit quatre buts et délivré deux passes décisives. En moyenne, avec Puel, il a été décisif une fois toutes les 105 minutes, là où il n'avait cumulé qu'un but et une passe en dix rencontres avec Printant. Le Manceau n'est pourtant pas devenu un autre joueur du jour au lendemain. Mais la dynamique, elle, a changé. « Il y a plus d'exigence et les cartes ont été redistribuées avec la venue du nouveau coach, confiait-il en début de mois, après la victoire des Verts devant Monaco, où il avait inscrit l'unique but de la rencontre (1-0). Tout le monde met les ingrédients pour grappiller des points, et cela donne une nouvelle équipe qui n'est pas celle du début de saison. » C'est tout ce dont il avait besoin. Une forme de confiance, individuelle et collective, puisque l'une ne va pas sans l'autre.


Puel a vite trouvé la clé pour libérer Bouanga

Il y a une autre donnée, elle aussi invariable, propre aux joueurs créatifs : la liberté. Puel, qui n'a jamais bridé les grands talents, a vite compris que Bouanga en avait besoin. Il a beau avoir baladé le joueur aux quatre coins de son dispositif tactique, il ne l'a jamais contraint dans des tâches trop défensives, alors que Sainté a peu souvent eu la possession depuis son arrivée. Et lorsque Le Progrès a interrogé le coach sur une éventuelle reconversion de l'international gabonais au poste de latéral droit, l'éventualité a immédiatement été repoussée. « Ce serait du gâchis, a répondu Puel. Le rôle de piston lui donne une certaine structure de replacement. Cela lui permet d'avoir de l'espace et de se lâcher. Peut-être qu'il sera mieux comme ça que milieu latéral où il sera plus serré et aura moins la possibilité d'arriver lancé. » Et donc de faire des différences. Conforté par son entraîneur, Bouanga a réussi 27 dribbles en 8 matchs, contre seulement 12 lorsqu'il était sous les ordres de Printant. « Ce n'est donc pas un joueur qu'on va transformer en latéral et je ne pense pas que lui le veuille », a souligné le technicien. Disons-le franchement : nous non plus.

A voir aussi :
>>> Licencié pour faute grave, Ghislain Printant pourrait réclamer 1,5M€ à Saint-Etienne

Vos réactions doivent respecter nos CGU.