Rennes : Et si les Chinois mettaient la main sur le club ?

Rennes : Et si les Chinois mettaient la main sur le club ?©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mardi 17 octobre 2017 à 23h57

En pleine crise interne depuis quelques jours, le Stade Rennais pourrait en fait être à vendre. Selon Canal+, la famille Pinault envisagerait de céder le club qu'elle possède depuis 1998.

Et si le folklore qui règne depuis quelques jours au Stade Rennais cachait quelque chose de bien plus important ? Ce mardi, René Ruello a été confirmé dans ses fonctions de président par le conseil d'administration du club breton, alors que sa mise à l'écart était annoncée par de nombreux médias depuis lundi. En difficulté sportivement, le club entraîné par Christian Gourcuff connait un début de saison catastrophique en Ligue 1 malgré les lourds investissements consentis par François Pinault, l'actionnaire unique, pendant le Mercato estival.
La famille Pinault souhaiterait vendre
Ces dernières heures, tous les indicateurs s'accordent pour mettre en avant la reprise en main du dossier SRFC par François-Henri Pinault, fils du propriétaire. Ce n'est pas la première fois que celui-ci monte en première ligne, cela avait déjà été le cas au début des années 2000. Mais cette fois, FHP pourrait en fait négocier la vente du Stade Rennais, propriété de la famille depuis 1998. C'est la thèse avancée ce mardi soir par Canal+, via l'émission « Late Football Club ».
Une piste en Chine
On y apprend que ces dernières heures, Christophe Chenut, un proche de François-Henri Pinault, aurait organisé un rendez-vous à Londres avec Olivier Létang et le patron de ce dernier, Kia Joorabchian, un homme d'affaires britannique d'origine iranienne, directeur de Sports Invest UK. Sports Invest UK est une société qui gère les intérêts de plusieurs joueurs de football, et qui est notamment connue pour ses liens avec la Chine. Kia Joorabchian est décrit comme très influent auprès des investisseurs chinois. Une information, une de plus, qui vient toucher le club breton, dont l'actualité n'en finit plus de s'affoler...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU