Olivier Létang (Rennes) charge lui aussi le VAR

Olivier Létang (Rennes) charge lui aussi le VAR©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 10 avril 2019 à 10h36

Après Jean-Pierre Caillot (Reims) contre Lille, c'est Olivier Létang qui a chargé l'utilisation du VAR. Le président rennais appelle même à sa suppression.

Chaque week-end qui passe en Europe permet à Michel Platini de se frotter un peu plus les mains. L'ancien président de l'UEFA n'a jamais caché son rejet de l'arbitrage avec assistance vidéo et même s'il est aujourd'hui en retrait il n'en reste pas moins contre après la mise en service du VAR. Depuis son introduction en Ligue 1 depuis le début de la saison, le VAR est loin de faire l'unanimité auprès des clubs français. Mardi soir après la défaite de Rennes sur la pelouse du Nîmes Olympique, Olivier Létang n'a pas pris de gants au moment de se prononcer sur le bilan de ce nouvel outil. « Je rejoins Christophe Galtier. J'étais partisan du VAR au début mais je rejoins les rangs de Michel Platini, a concédé l'ancien du PSG en zone mixte. On ne peut pas continuer comme ça, il y a un problème de fond et il faut le régler. »

Létang : « On a un vrai problème »

Censé être une aide pour l'arbitre au moment de décisions délicates, l'assistance vidéo est aujourd'hui une interrogation plus qu'une solution. « Il y a une politique de l'autruche faite par tout le monde, avance le président breton. Tous les week-ends, et là encore je ne parle pas spécialement du Stade Rennais, il y a des polémiques. Ça commence à faire beaucoup. » Dimanche dernier, Galtier a appelé les instances à supprimer le VAR. « je trouve qu'il y a encore plus d'erreurs avec le VAR qu'il y en avait auparavant. Cela agace tout le monde, tout le monde est frustré. » Un comble donc quand on connait la mission première de cette aide. Le match entre Reims et Lille a d'ailleurs été le théâtre de décisions contestables ce qui a fait dire à Jean-Pierre Caillot, président rémois, qu'il « faudra donner un labrador à celui qui contrôle » après un penalty oublié aux siens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.