L1 - Rennes : Sabri Lamouchi cherche le coup de boost

L1 - Rennes : Sabri Lamouchi cherche le coup de boost©Media365

Rémi Farge, publié le dimanche 11 février 2018 à 08h30

A la tête du Stade Rennais depuis trois mois, Sabri Lamouchi se déplace dans sa ville natale, Lyon, ce dimanche soir (21h00). Un rendez-vous important après trois défaites de rang pour le Stade Rennais, qui peine à enclencher la deuxième. Comme son entraîneur.

« Je suis un peu touché, oui... » Dimanche dernier, en fin d'après-midi, Sabri Lamouchi quitte le Roazhon Park le moral dans les chaussettes. Son équipe vient de perdre à la dernière seconde contre Guingamp, sur un but venu d'ailleurs de Yeni Ngbakoto (0-1). Une défaite, le Stade Rennais a appris à s'en relever. Mais celle-là tombe après un non-match à Dijon (2-1) et une élimination en demi-finale de Coupe de la Ligue contre le PSG (2-3). Trois défaites de rang, donc. Surtout, elle empêche le club breton de se rapprocher de Nantes au classement et de s'offrir, du même coup, une fin de saison palpitante avec la perspective d'aller chercher un ticket européen.

Un bilan comptable similaire à celui de GourcuffCar au fond de lui, le successeur de Christian Gourcuff en rêve. Pour lui, ce serait une manière d'asseoir sa légitimité, lui qui vit sa première expérience sur un banc de Ligue 1. Après douze matchs de championnat, comme son prédécesseur avant son renvoi, Sabri Lamouchi présente un bilan comptable quasi similaire (16 points pris, contre 15 pour Gourcuff). Insuffisant aux yeux de supporters qui restent surtout déçus par la qualité du jeu produit. Les nombreux pépins physiques auxquels a été confronté l'ancien milieu de terrain servent de contre-argument. Mais petit à petit, l'infirmerie se vide. Un attaquant de pointe, Diafra Sakho, est même arrivé. « Il faut que l'on arrive à être une équipe du début jusqu'à la fin avec nos qualités parce qu'on en a. Les dernières prestations, même si les résultats n'ont pas été positifs, le démontrent. Il y a eu du bon dans ce que l'on a produit », tente de se rassurer l'entraîneur rennais.

Genesio : « Lamouchi sait de quoi il parle au niveau tactique »Cette première en Ligue 1, d'autres la scrutent de près. Comme Bruno Genesio, l'entraîneur lyonnais, camarade de promotion de l'ancien joueur d'Auxerre et Monaco. « Je connais bien Sabri. On a fait notre formation ensemble. Il a été marqué par son passage en Italie. Il sait de quoi il parle au niveau tactique », a confié Genesio avant la réception de Rennes ce dimanche soir (21h00). Un déplacement à Lyon, c'est aussi un retour à la maison pour Sabri Lamouchi, né entre Rhône et Saône. « J'ai grandi à Lyon, je suis un enfant de La Duchère et du CASCOL Oullins. Quand on est jeune Lyonnais, on a toujours l'espoir de jouer dans le club de sa ville », explique le technicien de 46 ans, qui n'a jamais évolué sous le maillot de l'OL mais porte un regard admiratif sur le club rhodanien.

Lamouchi : « Lyon peut être fier »« Avec le recul, quand on parle de l'OL, on ne peut pas faire le supporter blasé. Pour l'instant, il y a le grand Paris. Monaco est la propriété des Russes. Mais la construction de ce stade a été un pari courageux, ambitieux, et justifié. Cela portera ses fruits. La constance de l'OL, c'est sa force. Et sa force c'est aussi son patron Jean-Michel Aulas qui a toujours eu la bonne vision, ce stade en atteste. Lyon peut être fier », a-t-il assuré dans une interview accordée au Progrès. A Rennes, le modèle est différent. Le patron, François Pinault, reste en retrait et délègue. Ici, le vrai boss s'appelle Olivier Létang. Et ce dernier a misé sur Sabri Lamouchi lors de son arrivée au club. A l'époque, il a même comparé son arrivée à celle de Laurent Blanc à Bordeaux. Mais après trois mois en Ille-et-Vilaine, l'ancien sélectionneur de la Côte d'Ivoire sait qu'il doit maintenant passer la deuxième.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.