Contre Nantes pour lancer l'ère Lamouchi, mais aussi bien plus que ça

Contre Nantes pour lancer l'ère Lamouchi, mais aussi bien plus que ça©Media365

Rémi Farge, publié le samedi 25 novembre 2017 à 09h00

Contre Nantes ce samedi (17h00), le Stade Rennais veut lancer l'ère Sabri Lamouchi et éviter de replonger dans une mauvaise spirale. Mais surtout, dans ce derby breton très important, les Rennais veulent conserver une suprématie de plus en plus contestée.



A l'échelle nationale, ça ne veut sans doute pas dire grand-chose. Mais en Bretagne, les Rennais tiennent à leur suprématie. Avec Nantes, c'est l'histoire d'une détestation vieille comme le monde. Et ces dernières années, les Rennais ont su apprivoiser ce derby. Jusqu'à en faire quasiment une chasse gardée. Depuis 2005, Nantes n'a gagné qu'une seule fois contre le SRFC, au Roazhon Park lors de la saison 2013-14. C'est un bien maigre bilan, qui confirme la prise de pouvoir du club de la famille Pinault depuis plus d'une décennie dans l'ouest de la France. Là où les Canaris ont alterné montées et descentes, Rennes s'est stabilisé. Depuis 2004, le FCN n'a fini devant Rennes qu'une seule fois en Ligue 1. C'était la saison dernière. Car l'autre enseignement récent de cette rivalité, c'est que la suprématie régionale des Rennais est de plus en plus contestée. L'année dernière, sur les deux derbies, Nantes n'a pris qu'un point en passant à chaque fois tout près de la victoire.

Lamouchi : « Le match de la saison »

Alors oui, Rennes est sous pression. Sans compter que cette saison, ce sont bien les Canaris qui abordent ce derby avec sérénité, quand les Rouge et Noir végètent en bas de tableau. « C'est le match de la saison pour tout supporter rennais, je connais l'importance de ce rendez-vous », a expliqué Sabri Lamouchi en conférence de presse jeudi. Arrivé il y a quinze jours, le successeur de Christian Gourcuff sait qu'il doit gagner son premier match sur le banc rennais ce samedi (17h00). Pour mettre ses troupes dans les meilleures conditions, il a emmené tout le monde en stage à Dinard de lundi à mercredi. « C'était surtout pour passer du temps ensemble, pour rentrer dans des détails avant trois matches rapprochés. Le temps ne permet pas de faire de grands chamboulements et on fera avec les joueurs à disposition. J'ai hâte qu'on reprenne des points, de porter Rennes vers une première victoire le plus rapidement possible et ce derby est un grand espoir pour nous tous. »

André : « Le coach a appuyé sur certains principes de jeu »

Capitaine confirmé du club breton, Benjamin André a aussi livré les enseignements de cette semaine en groupe resserré loin de la Piverdière : « On a surtout abordé l'aspect terrain et tactique. Il a appuyé sur certains principes de jeu qu'il a envie de nous inculquer. Ce n'est pas très différent. Christian Gourcuff avait une habitude d'entraînement. C'était beaucoup plus carré. Là, le coach essaye petit à petit d'apporter sa patte », confie l'ancien Ajaccien. Pour tenter de poser des problèmes à cette équipe nantaise « qui concède très peu d'espaces » dixit Sabri Lamouchi, les retours de suspension de Wahbi Khazri et Benjamin Bourigeaud ne sont pas de trop. Mais il manque encore du monde (Prcic, Bensebaini, Baal, Maouassa...) et notamment Ismaïla Sarr, dont l'explosivité aurait pu faire mal aux hommes de Claudio Ranieri, comme Paul-Georges Ntep en son temps. Interrogé par Ouest-France, le joueur de Wolfsburg a livré les clés de cette bataille régionale. « Une grosse ambiance, une grosse attente et un match pour lequel on n'a pas besoin de grand discours pour être motivé », sourit l'international tricolore.

Ntep : « Le meilleur conseil c'est surtout de gagner »

« Le meilleur conseil, c'est surtout de gagner, prévient Ntep. Un match nul, personne n'est content et je pense que le gagner lance directement sur une dynamique positive, parce que les supporters sont contents, tout le monde au club est content et on travaille avec beaucoup plus de confiance la semaine qui suit. » Et de la confiance pour bosser, Rennes en a justement besoin en ce moment. Alors que son prédécesseur restait sur quatre victoires de rang avant de prendre la porte, imagine-t-on Sabri Lamouchi lancer sa mission par deux revers consécutifs ? Deux défaites qui auraient, surtout, pour conséquence de remettre le SRFC aux portes de la zone rouge. Ici personne ne veut y penser. Alors il faut gagner ce samedi. Et comme l'adversaire est nantais, les sources de motivations ne manquent pas.

A voir aussi :
>>> Toute l'actualité du Stade Rennais

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU