PSG : Tuchel revient sur l'état d'esprit de Cavani

PSG : Tuchel revient sur l'état d'esprit de Cavani©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 31 octobre 2019 à 14h40

Face à la presse, Thomas Tuchel a abordé l'actualité du PSG et notamment le retour à la compétition d'Edinson Cavani, qui subit la concurrence de Mauro Icardi.



Thomas Tuchel, comment abordez-vous l'affiche de vendredi soir contre Dijon ?

On affronte les derniers, mais ce ne sont pas les derniers dans les stats. Ils sont au milieu du tableau. J'attends donc que l'on prépare ce match sérieusement, que l'on fasse beaucoup d'efforts. On vient d'enchaîner trois victoires après la trêve internationale, mais il reste beaucoup de choses à améliorer. Il faut que l'on garde notre intensité. On a beaucoup donné lors des derniers matchs. Notre seconde période contre Marseille n'était pas bonne parce que l'on n'a pas fait assez d'efforts.

Que manque-t-il à votre équipe ?

C'est absolument nécessaire que nous restions bien concentrés si on veut être une grande équipe, si on veut gagner les coupes et des matchs en Ligue des Champions. Il faut que l'on s'améliore chaque jour, à l'entraînement et en match. Cela va créer une atmosphère spéciale, qui est nécessaire pour être une équipe extraordinaire.

Tuchel : « Cavani doit se battre pour avoir sa place dans l'équipe »

Compte tenu des performances de Mauro Icardi, Edinson Cavani doit-il se préparer à des semaines compliquées ?

Edi (Cavani) n'est pas complètement heureux. Il a été blessé durant beaucoup de semaines. Il veut nous aider. C'est nécessaire qu'il joue avec nous. Mais après sa blessure, il n'est pas complètement heureux. Maintenant, il doit se battre pour retrouver le rythme et avoir sa place dans l'équipe. C'est un grand buteur, mais il pense toujours à l'équipe. Là, c'est une phase un peu difficile pour lui. Son rôle a peut-être un peu changé, mais c'est la vérité du moment. Il travaille bien à l'entraînement mais il n'est pas totalement heureux, c'est normal. C'est un champion, il veut toujours jouer. La saison sera longue. Il s'entraîne avec un bon état d'esprit. Peut-être qu'il sera titulaire demain. Cavani peut jouer aux trois postes de l'attaque. S'il débute à gauche, il sera peut-être plus un deuxième attaquant, mais on doit trouver des solutions pour  que tous les joueurs soient confortables.

Quid de Layvin Kurzawa ? Fait-il toujours partie de vos plans ?

C'est un de nos joueurs. J'ai confiance en lui. Mais dès fois, c'est nécessaire de prendre des décisions. A Bruges et contre Marseille, Bernat a commencé. Abdou Diallo était sur le banc parce qu'il peut jouer à plusieurs postes, à gauche ou dans l'axe. Layvin est un spécialiste du poste de latéral gauche. C'est donc plus difficile de trouver une place sur le banc. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas confiance en lui. Ce n'est pas facile. Mais il s'entraîne de manière professionnelle, il est dans le groupe.

Tuchel : « Je n'ai pas encore décidé si on changera avec le retour de Neymar »

Avec le retour des blessés, allez-vous changer de système ?

Je ne sais pas si on doit changer de schéma pour un joueur. On a un jeu très fiable, très compact. Avec les trois au milieu, ça nous permet de contrôler le match et tous les espaces. Je n'ai pas encore décidé si on changera avec le retour de Neymar. Il a déjà joué n°10 ou même en n°9, ce n'est pas un problème pour moi. Il a une qualité extraordinaire pour moi. Je ne vais pas créer une structure pour un ou deux joueurs, mais pour l'équipe. Mais il faut déjà que l'on récupère tout le monde pour penser à ça. A ce moment-là, on aura sûrement des décisions difficiles à prendre. On verra si on est capable de penser uniquement à l'équipe.

Marco Verratti vient de prolonger son contrat jusqu'en juin 2024...

Marco (Verratti) est un joueur clé pour nous, l'un des meilleurs milieux du monde. Il peut encore s'améliorer, mais il a des responsabilités pour nous. Il pense toujours à l'équipe, à regarder si tout le monde heureux. Entraîner un joueur comme Marco, c'est la meilleure chose possible. Avant le match à Nice, il est revenu la veille de sélection. Il voulait jouer, mais on a décidé de ne pas l'aligner. Et le lendemain, il s'est entraîné avec énormément d'énergie, comme un jeune de 18 ans qui veut montrer à l'entraîneur qu'il est là. C'est vraiment un cadeau d'être son entraîneur. C'est un joueur extraordinaire, avec un caractère très rare.

La presse espagnole a évoqué des relations parfois difficiles entre vous et Kylian Mbappé...

La presse espagnole est toujours là, dans le vestiaire, dans mon bureau... Ma relation avec Kylian (Mbappé) est top. J'aime jouer avec lui. Je suis très heureux qu'il soit avec nous. Il fait des choses décisives. Il a toujours le sourire. Je ne vais pas arrêter de le pousser parce que c'est le défi pour un coach lorsqu'il a un joueur très talentueux. Je ne suis jamais satisfait car il est capable de faire des choses énormes, mais notre relation est très bonne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.