PSG - OM : Faux départ

PSG - OM : Faux départ©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le lundi 14 septembre 2020 à 11h23

Le Classique remporté hier par l'Olympique de Marseille à Paris (0-1) aurait dû lancer définitivement cette saison 2020-2021. Au lieu de cela, il a été une vulgaire parodie de football, si on peut encore l'appeler ainsi.


Tout ça pour ça ? Sérieusement ? Dans une saison déjà difficile où le football sans ses supporters ou amputé des trois quarts, peine à se retrouver, le jeu forme le seul et unique spectacle auquel on peut prétendre. Mais, au lendemain de la victoire de l'Olympique de Marseille sur le Paris Saint-Germain (0-1) grâce à Thauvin (31'), l'indifférence, voire la honte, réside. Clairement, cette Ligue des Talents n'a pas écrit ses plus belles lettres de noblesse dimanche soir. On avait besoin de tactique, de technique, d'actions magnifiques ou de gestes techniques de grande classe, entre deux formations engagées cette saison en Ligue des Champions. On en a eu qu'une vulgaire et désagréable parodie où les insultes et les coups assénés durant toute la rencontre ont pourri une affiche pourtant alléchante et plus équilibrée qu'à l'accoutumée en raison des absents parisiens (Icardi, Mbappé, Marquinhos). Les deux cartons jaunes adressés dès les dix premières minutes par Monsieur Brisard, qui n'a pas été à la hauteur de l'événement, auraient dû pourtant nous mettre sur la voie. Mais, guidés par l'esprit revanchard de Paris après sa défaite à Lens jeudi (0-1) et celui de l'OM qui n'avait pas battu son rival depuis neuf ans, nous nous sommes dit que les vingt-deux acteurs auraient mieux à faire.

La Ligue devrait sévir

Cette fois, l'appellation "acteurs" colle parfaitement à ce à quoi on a assisté. Les Marseillais de la télé réalité auraient sans nul doute pu être sur le terrain, des deux côtés de la pelouse, que nous n'aurions pas fait la différence tant les escarmouches entre Parisiens et Olympiens étaient aussi basses les unes que les autres. Dimanche soir ce n'était pas du sport. C'était une triste version d'autre chose où chacun a passé son temps à faire des fautes (14 cartons jaunes), des actes d'anti-jeu, des simulations et à se prendre en grippe. Les six minutes de temps additionnel, dont l'intérêt reste encore à prouver, ont tout de même permis à cinq acteurs de quitter prématurément la rencontre (Kurzawa 90+7', Amavi 90+7', Paredes 90+8', Benedetto 90+8', Neymar 90+9') à la suite d'une bagarre. Après ces échauffourées, la Ligue, qui vient de changer de direction, va devoir revoir tout ce qu'il s'est passé et revisionner certaines images dont certaines auront des conséquences. Décidément, les deux équipes n'en avaient visiblement que faire d'offrir du spectacle pour le premier grand rendez-vous de l'année. Il est en tout cas raté et face au tollé et à l'écho de ce match, ce sera alors à nous, amoureux du foot, de défendre une nouvelle fois ses acteurs, ses valeurs et sa mentalité. Encore une fois, sans doute pas la dernière. Alors messieurs, vous avez une dette envers nous.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.