PSG : Ben Arfa pensait qu'il allait jouer

PSG : Ben Arfa pensait qu'il allait jouer©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 16 octobre 2019 à 18h45

En conflit avec le PSG depuis son départ il y a plus d'un an, Hatem Ben Arfa s'est expliqué mercredi devant le Conseil des prud'hommes de Paris. Il a assuré que « tous les joueurs étaient surpris » qu'il n'ait pas de temps de jeu, « y compris Neymar ».



Le temps des arguments pour Hatem Ben Arfa et le PSG. Les deux camps étaient convoqués devant le Conseil des prud'hommes de Paris dans le cadre du conflit qui les oppose. Le joueur, parti du club de la Capitale en fin de contrat en juin 2018, reproche à ses dirigeants sa mise à l'écart de plus d'un an. Jamais il n'est apparu sur une feuille de match officielle d'avril 2017 au terme de son bail, possiblement sur décision de son président Nasser Al-Khelaïfi. Le PSG a pourtant défendu l'aspect sportif par le biais de son avocate, maître Marie-Hélène Cohen-Guilleminet : « Le club n'a pas manqué à ses obligations en ce qui concerne la non-sélection du joueur, qui a été décidée en raison de défaillances à l'entraînement et de ses faibles prestations sportives. Tout le monde sait qu'il ne s'entraîne pas assez, qu'il fait semblant », a-t-elle indiqué, selon des propos rapportés par L'Equipe.

Ben Arfa réclame 8 millions d'euros

Ben Arfa a contesté de son côté son manque d'implication. « Tous les joueurs étaient surpris que je ne joue pas, y compris Neymar, parce que j'étais très performant à l'entraînement. On m'a dit : 'Tu vas céder, tu vas péter les plombs'. Mais je n'ai pas peur de l'adversité. Je suis resté parce que j'étais convaincu que j'allais jouer. » Sans succès. Pour rappel, Ben Arfa réclame un euro symbolique au titre des dommages et intérêts, mais 8 millions pour « perte de chance », à savoir le montant qu'il aurait touché en diverses primes s'il avait joué. Le Conseil des prud'hommes rendra son verdict le 16 décembre prochain. « HBA » n'a lui toujours pas retrouvé de club après une saison à Rennes, dont il est parti au bout de son bail.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.