PSG : Au lieu de lâcher, Thiago Silva s'est métamorphosé

PSG : Au lieu de lâcher, Thiago Silva s'est métamorphosé©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le lundi 05 mars 2018 à 07h44

Thiago Silva montre un tout autre visage, plus leader et déterminé, depuis sa relégation sur le banc contre le Real Madrid à l'aller (3-1).

Deux images bien distinctes résument le mois de février peu commun vécu par Thiago Silva. Il y a d’abord celle qui le montrait boudeur sur le banc de Santiago-Bernabéu. Le défenseur brésilien y était relégué pour le 8eme de finale aller de Ligue des Champions contre le Real Madrid (3-1) par un Unai Emery lui préférant Presnel Kimpembe « pour des raisons tactiques ». L’habituel capitaine du PSG s’était alors renfermé sur lui-même, n’était pas sorti du vestiaire pour l’échauffement avant le match et avait seulement foulé la pelouse pour échanger quelques passes à la mi-temps. Il s’était contenté d’un post sur Instagram : « Que Dieu m’aide à m’améliorer ». Validation par les actes dix jours plus tard. Il était apparu rageur, l’œil noir et le ton hâbleur, quand il avait fallu suppléer Alphonse Areola et garder la cage parisienne inviolée face à Clinton Njie lors du premier des deux duels contre l’OM (3-0). Rarement il avait montré un tel visage sur un terrain.

Thiago Silva, une image écornée au Brésil et à ParisIl y avait dans l’attitude de Thiago Silva une réponse à la vidéo du Camerounais ayant circulé sur les réseaux sociaux, où il était ivre de joie après le but de Marcelo lors de Real - PSG. Mais il fallait y déceler un message à son coach, comme s’il était enfin décidé à opérer la métamorphose tant attendue de lui. Fragile dans les grands matchs, pas assez leader : l’ancien du Milan AC traîne cette réputation depuis le début de sa carrière, ou presque. Elle s’était nourrie de ses larmes diffusées en mondovision avant la séance de tirs au but contre le Chili avec le Brésil lors de la Coupe du Monde 2014, à laquelle il s’était substitué par peur de décevoir tout un pays. Son image de capitaine de la Seleçao en était ressortie dégradée. Au PSG aussi, il a donné parfois le sentiment de s’écraser dans les grands rendez-vous. Comme un symbole, il serait même considéré par le staff comme l’un des principaux responsables de la « remuntada » contre le FC Barcelone (6-1).

Emery : « C’est un grand capitaine pour l’équipe »Une sensation accentuée par son absence lors du match aller, où Presnel Kimpembe avait maîtrisé avec autorité Luis Suarez et Lionel Messi dans la prestation la plus aboutie du PSG version QSI (4-0). Oublié son but décisif à Chelsea en 2015, pour le plus grand exploit européen des Parisiens au XXIeme siècle (2-2 a.p.). Balayé son statut érodé de « meilleur défenseur du monde », qui l’a longtemps escorté officieusement sur tous les terrains. Il n’y en avait que pour les failles mentales de Thiago Silva, qui aurait même perdu au fil du temps la confiance du vestiaire parisien, et Emery les avait probablement en tête en évoquant des « raisons tactiques » pour justifier son choix à Madrid. Mais le technicien basque a refusé d’ajouter l’humiliation à la rétrogradation. Il lui a laissé le brassard -« Thiago Silva reste le capitaine, c’est un grand capitaine pour l’équipe »-, bien conscient qu’il ne fallait pas se couper d’un relais important de son effectif et membre de l’influent clan brésilien. Il lui a fait débuter tous les matchs depuis, autant par désir de lui transmettre un signal positif que par obligation, avec les soucis physiques de Marquinhos depuis le premier Clasico.

Thiago Silva inspiré par Marquinhos et Kimpembe ?Depuis, c’est un Thiago Silva transformé qui guide le PSG à chaque sortie. Il a vite tourné la page de sa non-titularisation contre le Real, dont il a d’abord tenu rigueur à Kimpembe, avant de retrouver un comportement plus positif envers son cadet. Il dégage une forme de sérénité et d’autorité naturelle, tout en affichant une joie simple de jouer, à l’image de sa communion nouvelle avec les supporters. Si Paris reste sur trois clean-sheets consécutifs, le natif de Rio de Janeiro n’y est pas pour rien, tant il est apparu saignant dans les duels et impressionnant par sa science du placement. Il a même semblé s’inspirer des deux autres défenseurs centraux du groupe, étant moins prudent et jouant plus haut, prenant plus de risques dans la relance. Comme s’il lui avait fallu une piqûre de rappel pour se mettre en tête que sa place dans le onze de départ ne lui était pas due, surtout avec une concurrence aussi aiguisée que celle de Marquinhos et de Kimpembe. Thiago Silva a bien reçu le message. Reste à savoir la réponse a convaincu Emery.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - PSG : Au lieu de lâcher, Thiago Silva s'est métamorphosé
  • c vrais que dans le foot le chaumage est dur

    Tout autant qu'en politique l'ayant molle!

  • c vrais que dans le foot le chaumage est dur

  • SILVA va nous faire voir ce qu'il sait faire en qualifiant le PSG !!!!!

  • toujours autant d'anti parisien. soutenez un peu les club francais qui ramene de l argent grace aux impot juste le match psg real ca rapporte au minimun 2 Millions d'euro a l 'etat.

  • on va voir demain soir contre Ronaldo