Paris : Le message de Meunier à ses dirigeants

Paris : Le message de Meunier à ses dirigeants©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le lundi 03 juin 2019 à 13h05

Thomas Meunier est sous contrat avec le Paris Saint-Germain jusqu'en 2020.

La question de son avenir se pose clairement cet été, avec trois possibilités : le vendre maintenant pour faire rentrer un peu d'argent dans les caisses, le conserver en prenant le risque de le voir partir libre dans un an, ou le prolonger. L'intéressé penche pour la troisième option, mais ne cache pas être aujourd'hui loin de la signature d'un nouveau contrat dans la capitale. « C'est un peu en stand-by, confie-t-il au journal Le Parisien. Il y a beaucoup de choses qui se passent au club (...) qui font que rien ne se fait et que ça va un peu au ralenti. C'est le football. Le club connaît mon idée de rester au Paris Saint-Germain. Je pense que si on n'a pas de retour, c'est que c'est aussi une solution qui peut les arranger. » Avec la situation incertaine de Daniel Alves, le PSG est dans l'embarras concernant le poste d'arrière droit, où Colin Dagba a aussi émergé comme une doublure fiable en fin de saison. D'où la difficulté à se décider sur le cas de Thomas Meunier.

Manchester United et Arsenal intéressés

« Cela pourrait me convenir », ajoute l'arrière droit belge, interrogé sur la possibilité d'aller au bout de son contrat sans prolonger. Lucide, l'ancien joueur de Bruges tente même ses dirigeants de le garder en utilisant un argument financier : « Je ne pense pas que le club ferait énormément d'argent sur moi. J'ai une valeur marchande, mais je suis défenseur, j'ai joué un match sur trois, je vais sur mes 28 ans. Ce n'est pas comme Adrien (Rabiot) qui vaut 50 M€. » En tout cas, sa situation n'aura rien à voir avec celle du milieu de terrain français. Thomas Meunier promet de ne pas aller au bras de fer. S'il doit partir, il le fera sans créer de problèmes. Ces derniers jours, son nom revient avec insistance en Angleterre, notamment du côté de Manchester United et Arsenal. « Il y a une dizaine de clubs intéressés », lâche-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.