Neymar (PSG) dans le viseur du fisc espagnol

Neymar (PSG) dans le viseur du fisc espagnol©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le lundi 11 mars 2019 à 12h21

Le fisc espagnol a décidé d'ouvrir une enquête sur Neymar. Il souhaite vérifier que le Parisien a bien réglé ses impôts concernant sa prolongation au Barça et la prime à la signature au moment de son départ vers le PSG.

Après Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, c'est au tour de Neymar (27 ans) d'être dans le viseur du fisc espagnol. El Mundo annonce ce lundi que l'Agence espagnole des impôts a ouvert une enquête afin d'examiner la prolongation de contrat du Brésilien au Barça quelques mois avant son départ pour le PSG. La prime à la signature avec le club parisien fait également l'objet de cette enquête d'après le quotidien espagnol. L'Hacienda (le centre des impôts espagnol) souhaite vérifier que le n°10 parisien est bien en règle et a bien payé les taxes qu'il devait suite à cette prolongation et son départ vers la France. Dans les chiffres, Neymar doit exactement 64,4 millions d'euros bruts de taxes au fisc sur la prime liée au prolongement de son bail en Catalogne.

En 2017, Neymar était encore résident fiscal espagnol

Pour rappel Barça et Neymar sont toujours en conflit pour cette prime accordée au joueur en 2016. Le clan de Neymar réclame 30 millions d'euros aux Blaugrana tandis que le club catalan a engagé une procédure pour non-respect du contrat. Une audience est d'ailleurs prévue le 21 mars prochain à Barcelone. Malgré cette bataille judiciaire entre les deux parties, le fisc espagnol a contacté le PSG afin que les champions de France lui fassent parvenir le contrat de Neymar. Une façon de vérifier que les taxes ont bien été payées et surtout connaître le véritable montant de la prime accordée. Un chiffre gardé secret depuis un an et demi par le club parisien et le joueur. Malgré un départ durant l'été 2017, Neymar a résidé pendant plus de 183 jours en Espagne durant cette année-là et est donc considéré comme résident fiscal espagnol. Avec les exemples CR7 et Messi, l'Hacienda a déjà prouvé qu'elle ne rigolait pas avec l'évasion fiscale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.