Nasser Al-Khelaïfi (PSG) impliqué dans une affaire de corruption ?

Nasser Al-Khelaïfi (PSG) impliqué dans une affaire de corruption ?©Media365
A lire aussi

Robert LANGER, publié le samedi 23 mars 2019 à 09h55

Selon les informations de nos confrères de Mediapart, Nasser Al-Khelaïfi, le président du Paris Saint-Germain (Ligue 1), aurait été placé sous le statut de « témoin assisté » dans une enquête sur l'attribution des Mondiaux d'athlétisme au Qatar.



Selon Mediapart, Nasser Al-Khelaïfi, le président du Paris Saint-Germain, aurait été placé sous le statut de « témoin assisté » dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) pour « corruption » et « blanchiment aggravé ». Une enquête qui concernerait notamment l'attribution des Championnats du monde d'athlétisme au Qatar, qui se dérouleront à l'automne prochain (29 septembre - 6 octobre).

Al-Khelaïfi entendu comme codétenteur d'une société privée

Dans le cadre de cette affaire, le Qatari ne serait pas entendu comme président du club de la Capitale mais en tant que codétenteur (avec son frère) d'une société privée : Oryx Qatar Sport Investments. « Les soupçons reposent sur deux virements d'un montant total de 3,5 millions de dollars, effectués en octobre et novembre 2011 par Oryx QSI au profit de la société Pamodzi Sports Consulting du chef d'entreprise sénégalais Papa Massata Diack. Ce dernier n'est autre que le fils de Lamine Diack, président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) de 1999 à 2015, fédération dont Papa Massata Diack, surnommé PMD, avait obtenu la gestion des droits marketing », précisent nos confrères de Mediapart.


Faciliter l'obtention des Mondiaux d'athlétisme

Alors que le but de l'opération aurait été de faciliter l'obtention des Mondiaux d'athlétisme en 2017 (et finalement obtenus en 2019), Nasser Al-Khelaïfi aurait reconnu devant la justice la détention de 50% des parts de la société Oryx QSI, mais assurerait toutefois ne pas posséder la signature et ne pas pouvoir engager de dépenses.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.