Les cinq travaux de Tuchel

Les cinq travaux de Tuchel©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le lundi 14 mai 2018 à 23h58

Thomas Tuchel a officiellement été nommé successeur d'Unai Emery, ce lundi. Le technicien allemand a deux ans devant lui pour réussir là ou son prédécesseur a échoué : sur la scène européenne, bien sûr, mais pas seulement.

Parce qu'il n'a jamais été à la tête d'un club de la dimension du Paris Saint-Germain, et, plus encore, parce que tous ses prédécesseurs s'y sont cassé les dents, Thomas Tuchel fait face au plus grand défi de sa carrière. Fraîchement nommé nouvel entraîneur du club de la Capitale, l'entraîneur allemand n'a pas d'autre choix que de faire mieux qu'Unai Emery. Et puisque le technicien basque quitte son poste avec un quadruplé national dans la besace, l'ancien coach du Borussia Dortmund doit impérativement permettre au PSG de progresser sur la scène européenne. Cette réussite passera probablement par cinq axes.Trouver l'autoritéEn nommant Tuchel, la direction parisienne a pris un risque qu'elle a probablement calculé. Au contraire de Laurent Blanc ou Unai Emery, le technicien de Krumbach a la réputation d'être un personnage clivant et autoritaire. Ce n'est donc pas un hasard s'il a été nommé par Doha : le propriétaire du club et émir du Qatar Tamim Al Thani, ainsi que ses hommes, ont devancé Nasser Al-Khelaïfi pour imposer de nouvelles normes. Jusqu'à présent, les différents clans du vestiaire du PSG et l'interventionnisme de son président, frileux à l'idée de froisser ses cadres, ont souvent fragilisé l'entraîneur en poste.L'Allemand, lui, ne fait peu de cas des statuts et des états d'âme. A cheval sur la diététique, il avait mis Ilkay Gundogan au régime, lorsqu'il officiait dans la Ruhr. Attaché au pouvoir, il n'avait pas hésité à écarter le capricieux Pierre-Emerick Aubameyang. Et au-dessus de lui ? Son entente avec Antero Henrique conditionnera l'été, et, forcément, la saison parisienne à venir. Sauf que tout ou presque les oppose : le Souabe réprouve les agents, le Portugais les attire comme des aimants. L'apparition de Tuchel dans le microcosme parisien fera donc forcément des étincelles. Reste à savoir si elle fera, aussi, des dégâts.Transposer son styleSon travail a été loué par les génies de sa corporation, de Pep Guardiola à Carlo Ancelotti. Malgré un curriculum vitae maigrichon, Tuchel s'est forgé une cote rondelette grâce au jeu sexy qu'il a transmis au Borussia Dortmund, basé sur quelques-uns des dogmes de l'actuel coach de Manchester City : le contre-pressing, la possession et beaucoup de verticalité. Sous sa direction, les Borussen ont marqué 2,5 buts par match en moyenne lors de la première saison, et eu la possession du ballon 64% du temps. A Paris, il aura évidemment à sa disposition un effectif largement capable de développer cette marque.En cela, il répond toujours à la volonté des dirigeants parisiens, obnubilés par l'attractivité de l'équipe et de son jeu. Avant lui, Blanc et Emery n'avaient pas réussi à faire adhérer l'ensemble des joueurs à la totalité de leurs idées : le premier n'avait pas une grande liberté de choix, freiné par ses dirigeants ou les gros ego, le second a parfois avancé à contre-nature, contraint de limer un caractère très expressif pour s'adapter à une langue et une culture. Le technicien de 44 ans doit donc être le premier à faire l'unanimité au sein de l'entité parisienne. Et puisqu'il n'a pas occupé le moindre poste depuis qu'il a quitté le BVB, il y a un an, rien n'indique, pour le moment, qu'il y parviendra.Trouver le plan BLe souvenir qui a découlé du huitième de finale de Ligue des Champions perdu par le Paris Saint-Germain face au Real Madrid est amer parce que la Casa Blanca n'avait pas donné le sentiment d'être véritablement supérieure au club de la Capitale dans le jeu. Au match aller, la différence avait été marquée par des détails, notamment les deux remplacements effectués par Zinedine Zidane, avec les entrées en jeu de Lucas Vazquez et Marco Asensio pour passer du 4-3-3 Merengue à un 4-4-2 à plat.S'il a progressé tactiquement parlant, le PSG d'Emery n'a jamais été malléable, comme peut l'être, par exemple, le double champion d'Europe en titre. Bonne nouvelle pour la machine parisienne : Tuchel est aussi connu et reconnu pour sa flexibilité tactique. A Dortmund, il a tenté toutes les options. Deux exemples à retenir : en août 2015, lors des barrages de la Ligue Europa, alors que son équipe était menée (3-0), le technicien avait troqué son 4-2-3-1 pour un 4-4-2 à plat, avec Ramos au côté d'Aubameyang. Score final ? 4-3 pour les Borussen. Deux ans et demi plus tard, ses hommes ont disputé un quart de finale en 3-5-2 face à l'AS Monaco, perdu dans un contexte particulier. Pour passer un cap en Europe, le PSG aura aussi besoin de cette flexibilité tactique.Combler les videsPour inculquer sa philosophie, Tuchel devra aussi compter sur un homme capable de l'incarner sur le terrain. Nul ne sait s'il l'a déjà identifié au sein du vestiaire. Julian Weigl pourrait tenir ce rôle, tout en bouchant l'un des rares trous encore visibles au sein du onze parisien. Le milieu de terrain a toutes les qualités requises pour devenir la sentinelle idéale du PSG à la sauce souabe. Le milieu de terrain, 22 ans, dont le contrat le liant au BVB expire en 2021, semble être la solution parfaite à moindre coût, en comparaison des autres cibles annoncées, comme Fabinho ou N'golo Kanté.Le champion de France devra attendre les prérogatives de l'UEFA et du FPF pour connaître sa marge de manœuvre financière sur le Mercato, mais l'Allemand devra aussi dégoter un latéral gauche. Raphaël Guerreiro, qu'il a également côtoyé au Borussia, a été sondé. Mais ses pépins physiques pourraient constituer un frein. Et Tuchel doit impérativement pourvoir ces deux postes.Faire ses preuves au très haut niveauUne Coupe d'Allemagne au palmarès. C'est en cela que Tuchel est une anomalie : le coach n'a rien gagné ou presque depuis qu'il exerce ce métier et il est même l'entraîneur le moins titré de l'ère QSI. Heureusement, le succès ne découle pas d'un CV. Mais l'homme de 44 ans a encore tout à prouver. Plus difficile encore, ses premiers mois seront décisifs pour la suite de son aventure, puisqu'ils donneront d'emblée un aperçu de la compatibilité de sa communication, de ses choix et de son style avec des moyens et un projet bien plus gros que lui. Emery l'avait vite découvert. Il s'était adapté. Et il a fini par le payer.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.