Le coup de pression d'Al-Khelaïfi

Le coup de pression d'Al-Khelaïfi©Media365

Rédaction , publié le dimanche 16 juin 2019 à 19h00

Il est régulièrement reproché à Nasser Al-Khelaïfi d'être trop laxiste avec ses joueurs. Mais ce temps est peut-être révolu au PSG. Le président du club parisien a profité d'un entretien à France Football pour taper du poing sur la table.



Si l'intégralité de l'interview paraîtra dans l'édition de mardi, l'hebdomadaire en a publié des extraits sur son site Internet. Ils permettent déjà de constater le ton incisif d'Al-Khelaïfi à l'encontre de ceux qu'il a longtemps protégés. « Les joueurs vont devoir assumer leurs responsabilités encore plus qu'avant, assure-t-il. Il faut que ça soit complètement différent. Ils vont devoir faire plus, travailler plus. (...) Ils ne sont pas là pour se faire plaisir. Et s'ils ne sont pas d'accord, les portes sont ouvertes. Ciao ! Je ne veux plus avoir de comportements de stars. » Une phrase qui résonne forcément avec les attitudes de Neymar, qui bénéficie souvent de privilèges qui vont avec son statut de joueur le plus cher de l'histoire, et de Kylian Mbappé, qui a réclamé publiquement plus de poids au PSG sous peine de s'en aller.

Al-Khelaïfi : « Leo, c'est mon gars »

Deux dossiers qui figurent tout en haut de la pile de Leonardo, tout juste de retour au poste de directeur sportif du PSG qu'il avait quitté il y a six ans. « En deux minutes, l'affaire a été réglée entre nous, explique Al-Khelaïfi au sujet des négociations avec le Brésilien pour son « come-back ». (...) Il va avoir tous les pouvoirs sportifs. (...) Leo, c'est mon gars. Il est incroyable. J'ai une confiance totale en lui. (...) Son autorité naturelle va faire du bien à tout le monde, notamment aux joueurs. » Un tacle indirect à Antero Henrique, qui a démissionné de ses fonctions après deux ans qui ont miné le PSG de l'intérieur, en raison notamment de ses relations ombrageuses avec Thomas Tuchel. « Je me suis rendu compte que des changements étaient indispensables, sinon on allait nulle part », souffle Al-Khelaïfi. Il a aussi visiblement estimé qu'il était temps de se montrer plus ferme avec ses ouailles. Message reçu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.