La mauvaise réputation de Pepe n'a plus lieu d'être

La mauvaise réputation de Pepe n'a plus lieu d'être©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le mardi 06 juin 2017 à 20h42

« Ce n'est pas facile pour une mère d'entendre que son fils est un assassin. Je n'ai pas commis de crime. » Entre regrets et prise de conscience, Pepe s'était confié à cœur ouvert au cours d'un entretien à la radio Onda Cero en mars 2014.

Le défenseur du Real Madrid (34 ans) en avait alors gros sur la patate de ne plus pouvoir se défaire d'une étiquette indécollable, d'une réputation sulfureuse sur le terrain, à l'opposé de la description qu'en font ses coéquipiers dans la vie de tous les jours. C'est cette défiance qui insinue le doute à l'heure où son nom revient avec insistance comme une recrue potentielle pour le PSG cet été. Parce que son expérience internationale (82 sélections avec le Portugal) et son CV (trois Ligues des Champions, un Euro) devraient parler pour lui. Ils devraient suffire à convaincre que Paris aurait tout à gagner à récupérer un joueur capable de lui faire franchir un cap sur la scène européenne, ce que le club attend depuis le début de son projet « Dream Bigger ».

Son agression contre Getafe dans toutes les mémoires

Mais il y a toujours ce point d'interrogation qui s'affiche quand est évoqué le cas du natif de Maceio. Reviennent inévitablement en tête les images de ses mauvais gestes en tous genres. Les exemples les plus marquants : son coup de tête sur Thomas Müller pendant la Coupe du Monde 2014, son attitude toujours à la limite lors des Clasicos de l'ère José Mourinho et surtout son agression sur Javi Casquero en 2009. Elle lui avait valu à l'époque dix matchs de suspension. « Je ne sais pas ce qui s'est passé ce jour-là, contre Getafe, j'essaie de le comprendre, mais je ne peux pas l'expliquer. » Toujours est-il que s'il cherche encore les raisons de son pétage de plombs, il n'est clairement plus le même joueur qu'au moment des faits. Un changement que Pepe attribue en partie au départ de José Mourinho et à son remplacement par Carlo Ancelotti à l'été 2013. « Ancelotti nous a apporté beaucoup de sérénité, de calme », soulignait le numéro 3 des Merengue, toujours dans l'interview accordé à Onda Cero.

 

Aucune expulsion en club depuis 2011

La dernière de ces cinq expulsions en club toutes compétitions confondues (en 427 matchs !) remonte ainsi à décembre 2011. Depuis, il n'a pris qu'un seul carton rouge, avec la sélection contre l'Allemagne lors du Mondial (4-0). Sur les trois derniers exercices avec le Real, il totalise 14 avertissements en 87 rencontres. Un ratio plus qu'honorable pour Pepe. Surtout qu'au-delà d'avoir appris à contrôler son tempérament et à gérer ses sautes d'humeur, il a élevé son niveau de jeu sous la conduite d'Ancelotti puis de Zinedine Zidane. Il a largement participé à la conquête des Ligues des Champions en 2014 et en 2016, avant d'être écarté de la rotation par Raphaël Varane dans le courant de la dernière saison. Un recul dans la hiérarchie qui ne doit pas faire oublier qu'il avait écœuré tout le continent pendant l'Euro 2016 et s'était imposé comme l'un des éléments-clés de l'épopée du Portugal jusqu'au titre en France.

Top 10 du Ballon d'Or 2016

A tel point qu'il avait fini dans le Top 10 du Ballon d'Or 2016 (9eme). Cette performance loin d'être anodine pour un défenseur suffit à rappeler le joueur qu'il est et ce qu'il pourrait amener au PSG. Il a suffisamment été reproché aux Parisiens d'avoir péché mentalement, du staff aux joueurs, dans la gestion de leur huitième de finale retour de la Ligue des Champions contre le FC Barcelone (6-1) pour se priver d'une personnalité comme Pepe dans le vestiaire. A une autre période du projet parisien, Alex avait débarqué à Paris hors de forme à l'hiver 2012, après six mois sans jouer ou presque à Chelsea. Ça ne l'avait pas empêché de former une charnière solide avec Thiago Silva pendant deux saisons, avant de laisser un vide à son départ, la perte de son vécu et de sa science du jeu n'ayant jamais été réellement compensée. Pepe a tout ce qu'il faut pour le combler cet été. Les dirigeants parisiens n'ont aucune raison de laisser filer une telle opportunité. Et ce peu importe l'image qui accompagnera toujours le Portugais sur sa route.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - La mauvaise réputation de Pepe n'a plus lieu d'être
  • Ce journaliste essayerait-il de lui refaire une virginité?????