L1 : QSI n'avait encore jamais connu ça

L1 : QSI n'avait encore jamais connu ça©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le samedi 02 novembre 2019 à 09h14

Ce vendredi soir, le PSG s'est incliné à Dijon (2-1), sa 3eme défaite de la saison en championnat, sa 8eme en 2019. Une première depuis l'arrivée de QSI.

Après la rencontre face à Dijon, les joueurs du PSG, Marquinhos en tête, ont préféré dédramatiser la contre-performance dijonnaise (défaite 2-1). Oui, le club de la Capitale n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour repartir avec les trois points. Oui il a clairement joué dans un fauteuil après l'ouverture du score de Kylian Mbappé. Mais avec huit points d'avance sur Nantes, les Parisiens savent qu'ils ont un matelas assez confortable. C'est d'ailleurs cette supériorité qui leur permet de « choisir » leur match mais comme l'a fait remarquer Marquinhos, ce n'est pas bon pour l'image du club. Surtout, cette défaite en Bourgogne est déjà la troisième du nom après 12 journées quand il a fallu attendre février dernier pour voir l'ogre parisien tomber la saison dernière. A force de dominer, l'appétit et la soif de victoire est-elle moins présente ? C'est le débat qui revient chaque année quand viennent les premières douceurs du printemps et des matchs couperets en Ligue des Champions.

8 défaites, une première depuis 2010

Seulement, cette fois, ce problème se pose très tôt dans la saison. A la différence des années précédentes et d'une domination sans merci en Ligue 1, les champions de France ont-ils vraiment fait de la Ligue des Champions leur objectif principal ? La question se pose même si l'exemple de la Juventus Turin, ultra-dominante en Serie A, montre qu'il est capable de jouer sur les deux tableaux. Ce revers vient surtout valider un record dont le Qatar se serait bien passé.



Depuis la reprise du club en 2011, le PSG n'avait jamais perdu plus de 7 fois dans une année civile. Avec la défaite à Dijon, les hommes de Thomas Tuchel en sont désormais à 8. Il faut remonter à l'avant QSI pour trouver trace d'une série encore pire d'après Opta. C'était l'année pré-rachat avec Antoine Kombouaré aux manettes et 13 défaites sur l'année 2010. Une éternité à l'échelle d'un club comme celui de la Capitale. L'heure n'est pas à tirer la sonnette d'alarme mais 2019 restera quand même une année sans pour le PSG.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.