L1 - PSG : Une préparation sans cadres, une chance pour Thomas Tuchel (et les jeunes)

L1 - PSG : Une préparation sans cadres, une chance pour Thomas Tuchel (et les jeunes)©Media365

Geoffrey Steines, publié le samedi 21 juillet 2018 à 07h20

Le PSG entrera dans le vif de sa préparation estivale ce samedi avec un match amical de prestige contre le Bayern Munich (16h00). Toujours privé de ses mondialistes, Thomas Tuchel en saura davantage sur le potentiel des jeunes, dans l'hypothèse d'un remaniement de système.

A sa nomination comme entraîneur du PSG, Thomas Tuchel laissait sceptique quant à sa capacité à diriger un vestiaire rempli de stars. « Je n'en ai pas peur, avait expliqué le technicien allemand fin mai lors de sa présentation officielle à la presse. Les grands joueurs sont ceux qui travaillent le plus, ils savent ce qu'ils ont à faire pour se maintenir au plus haut niveau. Je ne me fais aucun souci, même si cet été, la préparation sera particulière en raison de la Coupe du Monde. » En effet, il faudra encore patienter avant d'éprouver les qualités de manager de Tuchel et sa faculté à gérer les egos. A l'heure d'entrer dans le vif de la préparation estivale du PSG ce samedi après-midi à Klagenfurt contre le Bayern Munich (16h00), en guise d'entrée en lice dans l'International Champions Cup, les mondialistes n'ont pas encore fait leur rentrée à Paris. En ajoutant Yacine Adli, à l'Euro U19 avec les Bleuets, ils sont quinze à manquer actuellement à l'appel.



Les mondialistes absents, Verratti et Kurzawa aussi
Pas idéal pour préparer le Trophée des Champions, programmé dans deux semaines à Shenzhen contre Monaco. D'ici là, les internationaux seront revenus dans le groupe parisien au compte-gouttes et mettront du temps avant d'être opérationnels. Mais Tuchel doit mettre à profit cette période de latence pour en savoir davantage sur la profondeur de son effectif. « Je souhaite avant tout apprendre à connaître les joueurs de l'effectif actuel, expliquait-il au sujet du Mercato estival lors de sa seule apparition publique comme coach du PSG jusqu'à maintenant. En fonction des besoins, nous pourrons bien sûr effectuer quelques ajustements. Et n'oublions pas que nous avons aussi de jeunes joueurs à disposition. » Depuis le début de la préparation, ils sont mis à contribution, d'autant que certains joueurs présents à Paris sont en protocole de reprise, comme Marco Verratti et Layvin Kurzawa.



Une défense centrale entièrement remaniée
Il y a ainsi un sacré coup à jouer pour intégrer la rotation de l'équipe première, en particulier en défense centrale. Pourquoi dans ce secteur ? Parce que le PSG a débuté ses deux premiers matchs de préparation, disputés à huis clos dans l'intimité du Camp des Loges contre Sainte-Geneviève-des-Bois (1-0, N2) et Chambly (2-4, N1), dans un 3-5-2 tout neuf. N'ayant que trois défenseurs centraux de métier dans le groupe professionnel (Presnel Kimpembe, Marquinhos, Thiago Silva), tous absents pour cause de vacances prolongées après la Coupe du Monde, Tuchel doit bricoler. Loïc Mbe Soh, Kévin Rimane ou encore Stanley Nsoki ont ainsi la possibilité de se montrer en ce début de pré-saison. Aussi concerné, Moussa Sissako ne sera pas du déplacement en Autriche pour cause de maladie.



Un effectif pas construit pour le 3-5-2
En attendant l'arrivée probable d'un nouveau défenseur central de métier (Leonardo Bonucci, Jérôme Boateng ?), l'ancien coach du Borussia Dortmund a tout le loisir de juger ce qu'il a déjà sous la main avant d'établir une hiérarchie. Même chose pour Alec Georgen, qui pourrait enfin avoir sa chance avec l'équipe première du PSG en l'absence de Thomas Meunier, conjuguée à la convalescence de Dani Alves, ou pour les milieux de formation, l'avenir d'Adrien Rabiot étant par exemple incertain. En l'état, l'effectif parisien n'est pas construit pour évoluer en 3-5-2. Si Tuchel se tient à ce système, même s'il devrait en travailler plusieurs, il y a du changement qui s'annonce, via des transferts ou des promotions. Dans un contexte où le PSG fait face à la menace constante du fair-play financier, c'est le moment idoine pour les jeunes de faire leur trou. Ou comment cette saison post-Mondial pourrait se transformer en cadeau inespéré pour eux.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU