L1 - PSG : Unai Emery se livre sans filtre

L1 - PSG : Unai Emery se livre sans filtre©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le lundi 07 mai 2018 à 07h35

Le coach parisien s'est confié dans un entretien passionnant accordé à l'émission Transversales sur SFR Sport. S'exprimant en espagnol, l'entraîneur du PSG a évoqué les cas individuels les plus chauds à Paris et le bilan de ses deux saisons au club.

Depuis que son départ du PSG en fin de saison est acté, Unai Emery multiplie les entretiens dans la presse européenne et ils sont régulièrement passionnants. Celui accordé à l'émission Transversales sur SFR Sport et diffusé ce dimanche ne déroge pas à la règle. S'exprimant dans sa langue natale, en espagnol, l'entraîneur parisien n'élude aucun sujet et se veut beaucoup plus précis qu'en français. Notamment sur le cas Neymar. Emery évoque le management particulier auquel est soumis l'attaquant brésilien. « Il faut l'aider à se concentrer sur le football, a-t-il confié. On sait ce que Neymar représente. Si après un entraînement, Neymar doit gérer quatre sorties publicitaires, ce n'est pas l'idéal, mais il faut comprendre la dimension médiatique qu'il donne au club. Pour moi gérer Neymar, c'est d'abord faire en sorte qu'il s'adapte à Paris. J'ai fait 50% du travail avec Neymar. » Charge maintenant à son successeur de faire le chemin restant avec l'ancienne star du FC Barcelone.Emery : « Mbappé voulait aller au Real Madrid ou au Barça »Outre Neymar, l'autre recrue phare du dernier Mercato estival du PSG se nommait Kylian Mbappé. Si l'attaquant français s'est parfois attiré les critiques, il accomplit une première saison au club plus qu'honorable (21 buts et 17 passes). Emery veut surtout que son joueur soit protégé d'un environnement hostile, parce qu'il a fait le choix de rester au pays, ce qui n'était pas évident au départ. « Historiquement, ce type de joueur français d'à peine 18 ans et qui commençait à se montrer quittait la France. En tant que Français, vous devez être fiers d'avoir Mbappé au PSG. Quand j'ai rencontré son père et lui-même, chez lui, le joueur voulait aller au Real Madrid ou au Barça. Et c'est le club et moi qui lui avons dit qu'il devait être en France. Et les Français doivent être contents qu'il reste en France, puisqu'avant, les joueurs comme lui, comme (Thierry) Henry par exemple, partaient en Angleterre ou en Espagne. Benzema a fait sa carrière en Espagne... C'est bon ? Non ! Parce que Mbappé reste ici, les Français doivent l'accueillir à bras ouverts. »Emery : « Thiago Silva a progressé avec moi »Autre cas individuel qui a fait parler cette saison : celui de Thiago Silva. Capitaine relégué au statut de remplaçant pour le 8eme de finale aller de Ligue des Champions contre le Real Madrid (3-1), « O Monstro » montre depuis un visage plus conquérant, plus autoritaire. Ce qui entre dans une progression initiée par Emery. « L'année dernière, j'attendais plus de lui. J'ai parlé avec lui et je lui ai demandé de changer des choses. Parce que sinon, selon moi et après avoir parlé avec le président, s'il ne changeait pas, il devait nous quitter. J'étais plus exigeant. Je voulais qu'il change des aspects dans son jeu. Et il l'a fait cette année. (...) Il a progressé avec moi d'une année à l'autre, il est devenu meilleur. Il a été plus exigeant avec lui-même. C'est ce que je lui avais demandé lors de nos conversations, même s'il n'a pas apprécié. J'aime discuter avec Thiago Silva. J'aime l'affrontement, mais avec de vrais arguments. »Emery : « J'ai initié un processus qui sera bénéfique pour l'avenir »Comme sur le débat concernant sa méthode, dont il est certain qu'elle portera ses fruits à moyen terme à Paris. « J'ai commencé de façon très agressive, j'ai fait marche arrière pour m'adapter et à nouveau j'ai changé pour que l'équipe soit capable de répondre à mes messages. Je pense que l'équipe aujourd'hui est plus agressive que lorsque je suis arrivé. A un moment donné, l'équipe était plus à l'aise dans une situation de jeu posé et j'aime bien ça. Ce que je veux, c'est l'alternance, mais à ce moment-là, l'équipe ne répondait pas à cette alternance. En résumé, j'ai initié un processus difficile, mais qui est reconnu. Il sera bénéfique pour l'avenir. » Si Emery n'a qu'un seul regret, c'est de ne pas avoir pu compter sur Neymar lors du match retour contre le Real. « Nous ne savons pas où nous aurions pu aller avec lui. L'un des plus grands regrets est de ne pas avoir pu jouer avec lui face au Real Madrid au Parc, parce que l'équipe, avec lui, aurait sûrement été différente. Mais ça, nous ne pouvons pas le savoir. Il faut être patient avec Neymar. » Emery n'aura pas le luxe de récolter les fruits de cette patience.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.