L1 - PSG : Timothy Weah, l'attraction pour patienter avant le Real Madrid

L1 - PSG : Timothy Weah, l'attraction pour patienter avant le Real Madrid©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 03 mars 2018 à 07h55

A 18 ans, Timothy Weah pourrait faire ses grands débuts dans le monde professionnel ce samedi après-midi à Troyes (17h00). Le fils du nouveau président du Liberia aura la lourde responsabilité de pallier les absences de Neymar et Kylian Mbappé.

Le PSG a beau avoir investi des centaines de millions d’euros lors du dernier Mercato estival, c’est dans son équipe réserve qu’il est allé chercher l’un des attaquants qui pourrait débuter ce samedi face à Troyes (17h00). Il s’appelle Timothy Weah, est âgé de 18 ans, et n’a encore jamais goûté au monde professionnel en compétition. Pourtant, il incarne à sa façon l’autre partie du projet du club de la Capitale. La partie immergée. Celle qui consiste à dénicher un futur très grand joueur dès son plus jeune âge, pour le former, le façonner, et en faire un talent « made in Paris ».

Weah en pleine négociation pour prolonger son contratNé aux Etats-Unis, fils de George Weah, Timothy Weah doit se faire un prénom. Arrivé au Camp des Loges en 2014, il a signé son premier contrat professionnel en juillet dernier, et discute déjà d’une prolongation avec ses dirigeants (son présent bail court jusqu’en 2020). C’est peu dire si, à Paris, on mise beaucoup sur le potentiel du jeune homme. « C’est un très bon espoir. Le club croit beaucoup en lui, et le staff des pros le suit de près », confiait il y a peu François Rodrigues. Et ses aînés l’ont déjà intégré. La semaine dernière, pour ses 18 ans, le natif de New York avait organisé une fête à laquelle Kylian Mbappé et Julian Draxler ont participé.

A l’Elysée la semaine dernièreQuelques jours auparavant, il grimpait les marches de l’Elysée, pour assister à la réception donnée en l’honneur de son père par Emmanuel Macron. « Ça va être un bon moment. Quand je suis avec mes parents c’est toujours bien. Je n’ai pas du tout de pression », s’amusait-il de la situation auprès de nos confrères du Parisien. « J'aime Paris, c'est pourquoi mon fils est là », confiait de son côté le Ballon d’Or 1995 au micro de RMC. Rien n’est banal dans le parcours du jeune attaquant. Pas même ses débuts professionnels. Convoqué pour la première fois dans le groupe par Unai Emery, il pourrait ne même pas passer par le banc. C’est aussi ça, le destin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.