L1 - PSG : Giovanni Lo Celso, le joyau argentin

L1 - PSG : Giovanni Lo Celso, le joyau argentin©Media365
A lire aussi

Victor Menant, publié le dimanche 04 février 2018 à 13h10

Le Paris Saint-Germain semble, depuis quelques semaines, avoir trouvé un nouvel équilibre avec un milieu de terrain composé des indéboulonnables Marco Verratti et Adrien Rabiot. Mais un troisième homme, le jeune Argentin de 21 ans Giovani Lo Celso, que personne n'attendait à ce niveau cette saison, a su profiter de la blessure du troisième larron habituel, mais vieillissant, Thiago Motta.

Son superbe but contre Lille fait le tour des réseaux sociaux. Grâce à son subtil lob en « feuille morte » ce samedi au stade Pierre-Mauroy (0-3), le natif de Rosario a, dans un premier temps, scellé le sort du match et le score en faveur du Paris Saint-Germain, mais il est également et surtout en train de se faire un nom et une vraie place au sein de la pléiade de stars parisiennes. Giovanni Lo Celso apporte un vent de fraîcheur au sein du médiatique PSG depuis quelques semaines de par son talent et sa technique, inspirée d'un certain Angel Di Maria. Car oui, son modèle, c'est également son coéquipier. En effet, le milieu de terrain, qui effectue sa deuxième saison sous le blason parisien, est fan depuis son adolescence de son compatriote argentin. Comme l'ancien Madrilène, le jeune gaucher, qui a refusé à une certaine époque de rejoindre les Newell's Old Boys afin de suivre les traces de son idole, s'engage avec le club de Rosario Central afin d'y faire ses classes, à l'âge de 14 ans. Il signe alors des statistiques impressionnantes pour un milieu de terrain (95 matchs, 27 buts). Après avoir paraphé son premier contrat professionnel à 19 ans, il se révèle aux yeux des Sud-Américains en 2016 grâce à une véritable « patte gauche de velours », véritable révélation de la Copa Libertadores aux côtés d'autres « pépites » désormais bien connues en Europe, telles que l'actuel Citizen Gabriel Jesus ou l'ex-Lyonnais Emmanuel Mammana.Plusieurs grandes écuries européennes comme l'AS Rome, Chelsea, Dortmund ou l'Atlético Madrid sont alors sur les rangs pour tenter de convaincre et de polir le joyau argentin. Mais le Paris Saint-Germain a finalement un coup d'avance à l'été 2016 et le recrute pour 10 millions d'euros (+4 de bonus), transfert le plus cher de l'histoire de Rosario Central juste devant... Angel Di Maria. Six mois plus tard, « El Mono » (le blondinet) arrive officiellement dans la Capitale mais ne joue que de rares bouts de matchs, car encore trop frêle et barré par certains hommes forts tels que Blaise Matuidi ou Adrien Rabiot, habitués du poste. On se dit alors que la marche est sans doute encore trop haute pour l'enfant de Rosario. La saison 2017-18 va totalement changer le statut de l'Argentin. La débutant logiquement comme remplaçant, le néo-international (2 sélections) profite des pépins physiques de l'Italien Thiago Motta pour pointer le bout de son nez, dans une position de sentinelle pas forcément dans ses gênes, lors de quelques rencontres de Ligue 1.Sa polyvalence justement, son élégance balle au pied mais aussi sa technique bien au-dessus de la moyenne plaisent énormément à Unai Emery, qui décide de l'aligner régulièrement : « Ses prestations sont très bonnes, je suis vraiment content de lui et de sa progression ». L'ancien directeur sportif du PSG, Alain Roche, est lui aussi très élogieux à son égard, dans Le Parisien : «  Il est totalement dans l'esprit et, techniquement, il ne fait pas tâche dans cette équipe. Il sait ne pas prendre de risque défensivement, mais il prend des initiatives lorsqu'il arrive aux abords de la surface. » Le 30 janvier dernier, il signe enfin son premier but pour le Paris Saint-Germain lors de la victoire à Rennes en Coupe de la Ligue (3-2). Mais c'est donc véritablement ce samedi que le gaucher d' 1m77 s'est révélé aux yeux de la Ligue 1 en caressant cette merveille de ballon qui est allée se loger dans la lucarne d'un Mike Maignan mystifié devant le talent du numéro 18, scellant la balade des Parisiens en terres nordistes (0-3). Et l'histoire d'amour entre Lo Celso et le PSG pourrait bien s'intensifier le 14 février, lui qui peut désormais postuler à une place de titulaire sans complexe contre le Real Madrid, en huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - L1 - PSG : Giovanni Lo Celso, le joyau argentin
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]