L1 - PSG : Au tour de Maracineanu, Schiappa et de la LFP de réagir à l'affaire du fichage ethnique

L1 - PSG : Au tour de Maracineanu, Schiappa et de la LFP de réagir à l'affaire du fichage ethnique©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 08 novembre 2018 à 20h45

Alors que les différents protagonistes ont petit à petit réagi à l'affaire du fichage ethnique qui touche actuellement le Paris Saint-Germain, le Gouvernement et la LFP se sont ensuite emparés de ce scandale révélé par Mediapart, via les Football Leaks.

Au tour du Gouvernement d'Emmanuel Macron. Ce jeudi, alors que la polémique du fichage ethnique touche de plein fouet le Paris Saint-Germain, les politiques français ont bien évidemment évoqué ce scandale. « S'ils sont avérés, ces faits sont très graves et exigent que des explications soient apportées. En France, collecter ou traiter des données à caractère personnel faisant apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques des personnes est interdit par la loi, et un délit passible de cinq ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende. Plus largement, la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT est mobilisée, sous l'autorité du Gouvernement, pour combattre la haine et faire changer les mentalités », a ainsi déclaré Marlène Schiappa, la secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, via un communiqué.

Maracineanu : « Faire la lumière sur cette affaire »


Attendue dans cette affaire, Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, a complété les propos de sa collègue. « En tant que Ministre des Sports, je veux exprimer ma consternation suite aux révélations parues aujourd'hui dans les médias. Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires voire pénales. On ne peut pas tolérer que des personnes soient identifiées, recrutées selon leur couleur de peau ou leur origine. C'est pourquoi il est indispensable de faire la lumière sur cette affaire, a confié l'ancienne nageuse française. J'ai donc demandé au Président de la Fédération Française de Football ainsi qu'à la Présidente de la Ligue de Football Professionnel d'examiner ce dossier dans les plus brefs délais et plus largement, de faire des recommandations pour changer les mentalités et combattre ce type de comportements sur et hors des terrains de sport. L'Etat se réserve la possibilité de donner toutes suites utiles à cette affaire. »

Boy de la Tour : « De telles pratiques sont inacceptables et contraires à la loi »


Après le Gouvernement, la Ligue de football professionnelle (LFP) s'est faite entendre par la voix de sa président. « La Ligue condamne toutes formes de discrimination dans le football. De telles pratiques sont inacceptables et contraires à la loi. Le recrutement des joueurs doit se faire sur la base de qualités et d'aptitudes sportives et rien d'autres. Toute politique prenant en compte des caractéristiques physiques ou l'origine ethnique est discriminatoire, interdite par la loi et contraire à la morale et l'éthique, contraire aux valeurs du football dont les instances sont les garantes. Le football est et doit rester ce formidable lieu de brassage multiculturel », a pour sa part déclaré Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la LFP, à propos de cette affaire de fichage ethnique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.