Justice : Al-Khelaïfi fait usage de son droit au silence

Justice : Al-Khelaïfi fait usage de son droit au silence©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le lundi 14 octobre 2019 à 16h10

Mêlé à une affaire de corruption qui lui a valu une mise en examen, Nasser Al-Khelaïfi a préféré garder le silence une fois convoqué par les juges en juin dernier pour s'expliquer.

Au printemps dernier, Nasser Al-Khelaïfi avait été mis en examen pour « corruption active » dans l'enquête sur l'attribution des Mondiaux d'athlétisme 2017 au Qatar (finalement, ces Championnats du monde controversés ont eu lieu en 2019). Ce lundi, l'AFP a pu consulter l'interrogatoire du président du Paris Saint-Germain, qui a eu lieu le 11 juin. Face aux juges parisiens en charge de l'affaire, Nasser Al-Khelaïfi n'a rien dit. « J'use de mon droit au silence », a-t-il répondu à toutes les questions qui lui ont été posées. « Toutes les réponses utiles avaient déjà été apportées », précisent ses avocats à l'agence, pour justifier le comportement de leur client. Dans cette affaire de corruption, les juges reprochent au dirigeant qatari d'avoir validé, via le fonds d'investissement QSI, un versement de 3,5 millions de dollars à une société de marketing détenue par le fils de Lamine Diack, alors président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.