Football Leaks - PSG : Pas de cas avéré de discrimination (communiqué)

Football Leaks - PSG : Pas de cas avéré de discrimination (communiqué)©Media365

Rédaction , publié le jeudi 15 novembre 2018 à 21h30

Via un communiqué publié ce jeudi soir, le Paris Saint-Germain dévoile les résultats de son enquête interne suite aux dernières révélations de Football Leaks. Selon le club de la Capitale, « il n'y a pas eu de cas avéré de discrimination ».

Une nouvelle journée chargée pour le Paris Saint-Germain. Depuis une semaine, le club de la Capitale est acculé suite aux révélations de Mediapart et d'Envoyé Spécial, basées sur les documents Football Leaks. On y découvre que le fichage ethnique a été pratiqué dans le recrutement de jeunes joueurs au centre de formation, entre 2013 et 2018, pour une zone hors Île-de-France. Pratique que le club a lui-même reconnu, tout en l'attribuant une « initiative personnelle » de Marc Westerloppe, responsable du recrutement sur cette partie du territoire français.

Un fichage ethnique également pratiqué en Île-de-France 


Ce jeudi, L'Equipe poursuit les investigations et va plus loin : le quotidien sportif assure que le fichage ethnique était également pratiqué en Île-de-France. En effet, nos confrères ont publié un document que les recruteurs devaient remplir après chaque match observé, dans lequel se trouve une case intitulée « C ». Dans cette case, plusieurs options sont possibles, toutes représentées par des lettres. « BC » correspond à « blanc », « BK » pour « black », « BR » pour « beur », « M » pour « métis » et enfin « AS » pour asiatique.

Rencontre Blanc - Boutih - Maracineanu


Et la réponse des champions de France n'a pas tardé. Via un communiqué publié dans la soirée, Paris livre les résultats de son enquête interne. Selon l'écurie du président Nasser Al-Khelaïfi, « il n'y a pas eu de cas avéré de discrimination », même s'il est reconnu que « des fiches au sein de la cellule Ile-de-France, avec d'autres types de signalement d'origine, ont également été utilisées ». Alors que le résultat se fonde « sur l'analyse d'échanges d'e-mails et sur une série d'entretiens menés avec les salariés du club en charge du recrutement du centre de formation », Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué de l'actuel leader de Ligue 1, et Malek Boutih, administrateur de la Fondation Paris Saint-Germain, ont rencontré la ministre des Sports Roxana Maracineanu. Et la direction parisienne a pris des mesures visant à renforcer les pratiques éthiques au sein de l'organisation, comme une politique éthique interne, la désignation d'un référent éthique interne pour l'ensemble du club, la mise en place d'une procédure spécifique de gestion et d'accompagnement des jeunes joueurs ainsi que la remise à plat du fonctionnement et des process du département Scouting.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.