Coupe de France : Le PSG tient son quart

Coupe de France : Le PSG tient son quart©Media365
A lire aussi

Naïm Beneddra, publié le mercredi 29 janvier 2020 à 20h28

Le Paris Saint-Germain l'a tranquillement emporté à Pau mercredi (0-2), en huitièmes de finale de Coupe de France. Les stars étaient au repos.

Le PSG a rempli sa mission à l'occasion de son 8e de finale de Coupe de France. Sur le terrain de Pau, pensionnaire de National, et malgré une large rotation imposée par Thomas Tuchel, l'équipe de la capitale a su se faire respecter et cueillir logiquement la victoire (2-0).

La blessure de Dagba, seule ombre au tableau pour le PSG

Il n'y a pas eu de démonstration de force. Mais, à défaut de dérouler, Mauro Icardi et ses coéquipiers ont su tenir à distance leurs opposants et faire mal aux avant-postes lorsqu'ils en ont eu l'occasion. La seule fausse note de la soirée pour le leader de la Ligue 1 a été la sortie sur blessure de Colin Dagba.

Il restait vingt minutes à jouer quand le jeune latéral droit a dû quitter le terrain à cause d'un coup pris au genou droit. Une défection dont Tuchel s'en serait assurément bien passé, lui qui a expressément fait tourner lors de ce match pour éviter de nouvelles défections au sein de son équipe. Le succès acquis avait donc certainement un gout amer pour le coach allemand.

Sarabia de nouveau buteur en Coupe

Le match était déjà plié quand les Parisiens ont été contraints à ce remplacement forcé. Comme souvent lors des soirs de Coupe, ce sont les deux hispanophones qui ont brillé à la finition. A la 25e minute, et alors que Pau avait signé un début de match assez encourageant, Leandro Paredes a ouvert le score d'une puissante volée dans la surface suite à une remise de Mauro Icardi. Puis, en seconde période, Pablo Sarabia a assuré le break (52eme), en venant cueillir tranquillement un autre service de l'attaquant argentin. Un service destiné initialement à Eric Chopo-Moting mais le Camerounais s'était manqué sur sa reprise.

Ce sont les seules fois où les filets ont tremblé durant cette partie. À cause d'un terrain à la limite de praticable, le PSG n'a pas été en mesure de multiplier les offensives sur les actions construites. Et c'est pourquoi les alertes ont été rares. Cela étant, Icardi (20eme), Layvin Kurzawa (35eme) et Paredes (45eme et 85eme) ont tous eu de ballons exploitables pour corser l'addition, mais leurs tentatives ont manqué de conviction ou de réussite.

Pau n'a pas démérité

Côté palois, il y a aussi quelques montées, mais la formation de Bruno Irlès ne bénéficiait pas de bons finisseurs pour mettre à profit ces quelques opportunités de contre. Les tombeurs de Bordeaux ont aussi été bien moins inspirés que lors du précédent tour, à l'instar de Yankuba Jarju, qui s'est emmêlé les pinceaux au moment de tester Sergio Rico à un moment du match où il était possible de tout relancer (67eme). L'équipe aquitaine n'aura cependant pas à rougir par rapport à sa prestation du jour, et encore moins en regard du brillant parcours qu'elle a réussi dans cette compétition. Ce mercredi, avec le PSG, la barre était simplement trop élevée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.