Adrien Rabiot (PSG) recale Tottenham

Adrien Rabiot (PSG) recale Tottenham©Media365

Robert LANGER, publié le lundi 28 janvier 2019 à 07h00

Selon les informations de L'Equipe, le milieu de terrain parisien Adrien Rabiot, qui a perdu son père après sa grand-mère, aurait repoussé les avances de Tottenham. L'international français n'aurait pas donné suite aux avances de la formation managée par Mauricio Pochettino.

En fin de contrat avec le Paris Saint-Germain, le milieu de terrain international français Adrien Rabiot (23 ans) aurait été approché concrètement par Tottenham. A en croire certains échos de la presse anglaises, les Spurs auraient pu proposer plus de vingt millions d'euros pour arracher dès cet hiver la signature du natif de Saint-Maurice, qui aurait pu percevoir un salaire annuel de l'ordre de 7,5 M€ sous les ordres de Mauricio Pochettino, le manager des coéquipiers d'Harry Kane (sans oublier une prime à la signature estimée à cinq millions d'euros). Mais, selon les informations de L'Equipe, le Tricolore aurait repoussé les avances de l'actuel troisième de Premier League, où évoluent notamment Hugo Lloris, Serge Aurier et Moussa Sissoko.

Rabiot garde la cote chez les « gros » du Vieux Continent

Mis à l'écart par l'écurie du président Nasser Al-Khelaïfi, Adrien Rabiot, qui vient de perdre son père Michel Provost selon Le Parisien après sa grand-mère maternelle mi-janvier, privilégierait aujourd'hui d'autres destinations pour la suite de sa carrière. Alors que le FC Barcelone n'aurait pas l'intention d'augmenter son offre (10 M€ par an et 10 M€ de prime à la signature), le Bayern Munich serait aussi sur les rangs pour accueillir « gratuitement » le protégé de Thomas Tuchel. Idem concernant deux autres formations anglaises : Chelsea et Liverpool. On peut se demander si Tottenham aurait été recalé pour une question sportive ou tout simplement financière. Mais, peu importe ses réelles motivations, l'avenir du Parisien resterait des plus flous et on pourrait être reparti pour un feuilleton de plusieurs mois malgré sa liberté contractuelle.


Vos réactions doivent respecter nos CGU.