Adrien Rabiot écarté, le PSG rappelé à l'ordre

Adrien Rabiot écarté, le PSG rappelé à l'ordre©Media365

Robert LANGER, publié le mardi 22 janvier 2019 à 21h21

Selon Le Parisien, la Commission juridique de la MFP a simplement effectué un rappel au règlement suite à la mise à l'écart d'Adrien Rabiot par le Paris Saint-Germain.

Ecarté par le Paris Saint-Germain, le milieu de terrain international français Adrien Rabiot (23 ans) a-t-il obtenu gain de cause auprès de la Commission juridique de la LFP ? Alors que le Tricolore a décidé de contester sa mise à l'écart, un premier verdict est tombé ce jeudi. Après avoir demandé « sa réintégration immédiate », le natif de Saint-Maurice va devoir prendre son mal en patience. En effet, le club de la Capitale a écopé d'un simple rappel au règlement. Les instances attendent de voir si le numéro 25 - qui a refusé de prolonger son contrat qui expire à l'issue de la saison - va être traité après l'affiche de mercredi soir face à Strasbourg (16emes de finale de la Coupe de France). L'écurie du président Nasser Al-Khelaïfi va-t-il céder en réintégrant celui qui pourrait rejoindre « gratuitement » le FC Barcelone dans les prochains mois ?

Rabiot réintégré jeudi ou convocation devant la Commission ? 

Présent ce mardi matin en conférence de presse, Thomas Tuchel, l'entraîneur des coéquipiers de Thiago Silva, n'a pas souhaité évoquer la situation de son protégé : « J'ai déjà trop parlé de lui, a indiqué le technicien allemand. C'est une chose entre Adri et le club ». Si la sanction devait se prolonger, la Commission convoquerait alors les deux parties pour statuer, a-t-on appris chez nos confrères du Parisien. Pour rappel, c'est l'article 507 de la charte du football professionnel qui est dans le viseur d'Adrien Rabiot. Un texte dans lequel on peut lire que « sauf raison médicale, le club ne saurait maintenir aucun joueur sous contrat professionnel (...) à l'écart du dispositif mis en place au sein du club pour la préparation et l'entraînement collectif des joueurs professionnels ». Sauf que le texte est complexe et qu'une décision purement sportive pourrait être invoquée par le PSG pour justifier une mise à l'écart légale de son protégé. « Dans l'hypothèse où un second groupe d'entraînement serait constitué, il doit être composé d'un minimum de 10 joueurs sous contrat professionnel, élite ou stagiaire pour les clubs de Ligue 1 », dit l'article 507 de la charte. « La mise à disposition de tout joueur sous contrat professionnel dans le 2eme groupe d'entraînement (...) doit s'effectuer de manière temporaire pour des motifs exclusivement sportifs liés à la gestion de l'effectif. Elle ne doit en aucun cas se prolonger de manière régulière, permanente et définitive s'apparentant à une mise à l'écart du joueur », peut-on aussi lire en attendant l'entraînement de jeudi qui pourrait être animé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.