Lyon : Mariano, la lourde succession

Lyon : Mariano, la lourde succession©Media365

Teddy Vadeevaloo, publié le samedi 05 août 2017 à 14h13

Chargé de remplacer Alexandre Lacazette à la pointe de l'attaque, Mariano Diaz va devoir vite s'adapter pour ne pas s'attirer les foudres du public lyonnais.

Priorité de l'OL selon Jean-Michel Aulas, Mariano est arrivé pour 8 millions d'euros en provenance du Real Madrid. Un vrai pari alors que le jeune attaquant de 24 ans n'a pas beaucoup de références.

« Une super affaire »

Mariano a passé l'essentiel de sa carrière en Espagne. Passé par des petits clubs, il est repéré par le Real Madrid, qui fait signer l'hispano-dominicain en 2011. Mais l'attaquant se distingue surtout en équipe B, où il inscrit la bagatelle de 32 buts en 43 matches entre 2014 et 2016, avec notamment Zinédine Zidane comme entraîneur la première saison. Intronisé en équipe première à l'été 2016, il n'a pas beaucoup joué (14 matches, 5 buts, 2 passes décisives). Un faible temps de jeu pour son âge. L'heure est venu de jouer davantage dans un autre club.

C'est alors que Jean-Michel Aulas a saisi l'opportunité : « On le suivait depuis quelque temps. On avait sur place de bons retours de la part de Karim (Benzema). Zinédine Zidane nous donnait de bons échos ». Manuel Bruna, correspondant du Mundo Deportivo à Madrid, a surenchéri : « La moitié de la Liga le voulait, et surtout l'Espanyol. Je pense d'ailleurs qu'il serait titulaire dans toutes les équipes de notre Championnat hors du podium. A ce prix-là, c'est une super affaire ».

« Puissant et rapide »

Bruna a ainsi livré une belle description de jeune attaquant : «C'est un tueur né, il tire dès qu'il est en position de frappe. Il n'est pas très fin techniquement, mais il a le but dans le sang. Il se bat beaucoup avec les défenseurs, n'a peur de rien. Il est très puissant et rapide. C'est un 9 à l'ancienne du style Trezeguet, Papin, Batistuta ou Morata plus proche de nous ».

Une description élogieuse qui ne manquera pas de séduire les supporters de l'OL. Même s'il doit encore s'adapter au club rhodanien, comme l'affirme son coéquipier Sergi Darder : « On doit apprendre à peaufiner nos automatismes, à se connaître avec Memphis, Bertrand (Traoré), Nabil (Fekir) ou Mariano (Diaz)... Lui, par exemple, a eu de l'habitude de jouer au Real avec des grands alors il faisait des appels qui demandent parfois des passes que je ne peux pas faire. Je ne suis pas Modric (rires) ».

Mariano devrait débuter à la pointe de l'attaque ce samedi soir face à Strasbourg, au Groupama Stadium (20h).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Lyon : Mariano, la lourde succession
  • t aura du mal a etre aussi que ton ancetre luis mariano un tres grand chanteur que les moins de vingt ans et plus ne peuvent pas connaitre bonne chance pour la saison de foot au club lyonnais

  • la future revelation de ce championnat c moins cher que neymar que j adore d ailleurs mais un grand chalenge pour lui tres bon joueur vu le peu que j ai vu